Archives par mot-clé : Démocratie

Busso : le projet a été choisi. Mais par qui ?

S’il est un domaine sur lequel le maire communique dans cette période pré-électorale, c’est bien celui de Busso.
La majorité municipale, après avoir pris tant d’années pour prendre au sérieux les demandes adressées par les habitants et les associations en matière d’espace vert, d’écologie, s’érige désormais en chef de file de l’écologie et de la concertation.

Il y avait donc 5 projets en lice et l’un d’entre eux a été retenu.

Les panneaux d’information électroniques du Pré indiquent que « La ville a choisi ». Alors, la ville, c’est le maire ? Avec les 2 à 3 adjoints qui l’entourent ?
Les projets en compétition ont certes été présentés lors d’une séance ouverte à tous

Le journal Prévoir affirme que le projet retenu (celui de Cogedim) traduit le choix de la plupart des participants à la présentation des projets, qui ont remis des fiches sur lesquelles ils ont indiqué leur souhait. Et ce souhait correspond à celui de « LA VILLE », comprenez le maire et son staff.

Pour ceux qui auraient souhaité connaître un peu plus en détail les propositions des autres projets, c’est dommage, c’est trop tard ! Elles ne figurent plus sur le site de la ville. Il fallait être là à la présentation.

La mairie s’est bien gardée d’organiser un vote sur ces projets, pas plus qu’elle n’a envisagé de soumettre à la population le projet retenu pour l’examiner plus en détail et y apporter d’éventuelles modifications.

Ce processus de concertation, que la mairie présente à ses habitants comme un modèle, se solde donc, à la fin des fins, par le choix… du maire.

S’il est un moment où ce projet phare pour la ville aurait dû et pu être discuté, c’est bien celui de l’élection municipale. C’est ce qu’ont proposé les élus d’A gauche autrement dans un vœu lors du dernier conseil municipal.

Ce n’est pas ce qu’a choisi l’équipe à la tête de la mairie, qui a choisi de passer en force. À leur tour, les électeurs s’empareront peut-être de ces élections pour faire entendre leur voix ?

Au conseil municipal du Pré les voeux ne se réalisent jamais

Au conseil municipal du Pré il est rare que les voeux se réalisent, surtout s’ils sont portés par l’opposition de gauche.

Deux points sur l’urbanisme dans notre ville étaient à l’ordre du jour du dernier conseil municipal de la ville : le PLU (Plan Local d’Urbanisme), et l’avenir de la friche Busso au travers d’un vœu déposé par notre groupe.

Le vœu de nos élus sur le devenir de la friche Busso  pour attendre que les municipales soient passées, pour que la majorité qui sera élue en mars puisse décider elle-même sur ce projet à long terme, demande de bon sens, a été vite balayée par le maire qui affirme qu’on ne peut plus attendre, que les Gervaisiens se sont exprimés au cours des ateliers urbains. Mais aucune réponse sur la cohérence du calendrier.

Manfestation Le Pre en transition
Manifestation samedi 7 décembre de l’association « Le Pré en transition » qui défend un projet de forêt urbaine sur le site de Busso.

Notre vœu a bien sûr été voté par les trois élus A Gauche Autrement, Catherine Sire, Delphine Debord et Serge Volkoff, mais contrairement à l’habitude, quatre autres élus se sont cette fois associés à notre voeu. Sept voix en tout. Ce n’est pas le miracle de Noël mais parions que l’approche des élections y est pour quelque chose.

Les élus d’ À Gauche Autrement ont également voté contre le PLU.

Vous avez dit budget participatif ?

L’approbation du règlement du budget participatif était à l’ordre du jour du dernier conseil municipal au Pré-Saint-Gervais.

Qui s’opposerait à cette belle idée ? Mais qui ne poserait pas de questions en vue d’améliorer autant que possible les termes de ce « projet » de règlement ?

Mais ce règlement ne porte le nom de « projet » que pour faire croire qu’on fait de la démocratie participative. Rien en effet ne peut être modifié dans ce soi-disant « projet », compte tenu des délais (que s’est  donnés la majorité municipale ).
Vous avez dit « participatif » ? Ça commence mal.

Alors, pour quand même essayer et pour établir un compromis, les élus d’À Gauche Autrement ont questionné sur les conditions de la communication pour notamment être certains que l’appel ne resterait pas dans un cercle d’avertis, sur le périmètre du terme « municipalité » souvent utilisé dans ce projet, sur les conditions d’instruction avant et après, sur le budget (rappelons que c‘est la Ville qui dépense).

Mais rien n’était possible ce soir-là. On ne pouvait rien modifier dans ce règlement qui devait nécessairement être voté avant la fin décembre pour que le projet soit mis en oeuvre comme prévu. C’est ainsi qu’on se passe de la « participation » des élus dont le point de vue aurait permis de l’améliorer.

Un enthousiasme de papier

couv-prevoir-hors-serie-sept-2018_164291Le « Prévoir » hors-série,  déposé par la municipalité du Pré dans les boîtes aux lettres de tous ses habitants, après le changement de maire, a dû laisser bien des lecteurs interloqués :
ceux qui ont assisté au Conseil Municipal où cette élection a eu lieu ;
ceux à qui ils en ont parlé ;
ceux qui ont lu le reportage qu’en a fait le Parisien ;
et à présent, ceux qui auront sous les yeux le procès-verbal du conseil municipal, mot à mot, qui – du moins on l’espère – sera prochainement en ligne sur le site de la ville.
Revenons au numéro hors-série : on y salue Gérard Cosme au moment de son départ, on y présente le nouveau maire Laurent Baron, tout cela est d’usage. Mais il était risqué de vouloir rendre compte du déroulement de la séance. Ou bien on disait la vérité : huées et interpellations pendant plusieurs interventions ; critiques directes par un des maires-adjoints de l’équipe précédente ; réplique sévère venant d’une autre élue de la majorité…pas facile, sans doute, d’expliquer franchement tout cela aux citoyens du Pré. D’où l’autre variante : raconter les approbations, les applaudissements, les sourires, brandir des photos joyeuses et oublier tout le reste.
C’est le choix que la mairie a fait.
Et ce n’est pas le bon
. Car il fait peu de cas de besoins profonds chez les citoyens, dans notre ville comme partout : un besoin de simplicité, de modestie, et de vérité.
Avec ce genre de propagande, c’est à chaque fois la vie politique, dans son ensemble, qui recule.

à suivre

Oh si ! Il y a du changement ! L’appel des élus n’est plus réalisé par le Maire ! Peut-être que le vrai changement est pour …. bientôt ? Par exemple, quand le comité de réexamen du Règlement Intérieur se sera réuni et qu’ils seront tombés d’accord sur les mots permettant aux membres du Conseil de débattre ?
Comment mettre en application ce qui est si loin de soi et que la suspicion à l’égard d’à gauche autrement l’emporte sur toutes les réponses aux questions que ses élus posent ?
Mais avant de désespérer, attendons un peu ! alors, à suivre.

un nouveau conseil ?

Les pas du nouveau maire sont bien hésitants et il a/aura encore besoin des béquilles Cosme et BartoloneA Gauche Autrement
Le fonctionnement du CM n’a pas vraiment changé…
J’ai eu plaisir à voir intervenir les élus AGA, qui n’ont pas leur langue dans leur poche, se complètent très bien, et sont les seuls à faire l’animation du CM.
Enfin j’ai été ravi d’apprendre que l’activité de « Même Pas Peur » consiste à « vendre du muguet ».

Au théâtre ce soir

Dans notre ville, on peut régulièrement assister à des pièces de théâtre mais rarement à une farce comme celle qui s’est jouée lundi 10 septembre dans le préau de l’école Pierre Brossolette.

Sur la scène et face au public, les «patriciens» du Pré, dont l’ex-président de l’Assemblée, ex-député , ex-maire du pré, ex-ministre (mais pas ex-faiseur de politiciens gervaisiens) et auteur du scénario qui se jouait. Les oppositions, dont « à gauche autrement », étaient réparties à gauche et droite de la scène centrale.

Comme au théâtre d’antan, des spectateurs applaudissaient, d’autres faisaient la claque, dans le brouhaha propre aux salles de music-hall.

Ce désordre n’a pas empêché l’élection du nouveau maire. Comme dans les mauvaises pièces, la fin était connue de tous, à l’avance.
Pas mal de Gervaisiens sont pourtant tristes d’un tel spectacle.
Une mauvaise pièce qui risque de conforter tous ceux prêts à maudire la politique et de dégoûter ceux qui s’y intéressent encore.

Ne souriez pas, vous êtes filmés !

Vous ne le savez peut-être pas, mais depuis quelques jours vous êtes filmés au Pré Saint-Gervais. Seul un petit panneau plutôt discret à l’entrée de la commune en informe les citoyens.
La mairie vient d’installer 23 caméras de vidéosurveillance dans les rues de la ville pour  « lutter contre la délinquance ».

La ville a déboursé la rondelette somme de 630 000 Eur pour ce dispositif. Cela fait quand même près de 30 000 euros par caméra.
La sécurité des citoyens, n’a certes pas de prix, mais encore faudra-t-il vérifier l’efficacité de ce type de dispositifs pour réduire les actes de délinquance.

Continuer la lecture de Ne souriez pas, vous êtes filmés !

Budget : coupes ici et là dans les services

budgetLors du conseil du 19 mars sur le débat d’orientation budgétaire, A gauche autrement a, à nouveau, exprimé son avis sur la construction du budget de fonctionnement. Ce budget, que la Ville pose comme maîtrisé, traduit des coupes ici et là. Ces coupes, gouttes d’eau pour certains, vont se traduire à terme par une baisse d’un service rendu, en qualité et en quantité. De pas grand chose au début, cela peut se traduire par bien moins un jour. Dans tous les cas, les plus fragiles seront les plus exposés à ces restrictions.

Un budget… sans vrai débat

Budget pré saint gervaisLe débat d’orientation budgétaire (DOB pour les spécialistes) s’est tenu lors de la séance du conseil municipal du 19 mars 2018.
De débat, il n’y a pas vraiment eu.
Si la majorité municipale fait désormais usage d’une moins grande retenue à diffuser les éléments pour comprendre la construction du budget de la Ville (et nous le reconnaissons, même si ce n’est rien que de normal), on ne peut que constater l’affadissement de cette séance.
Peut-on faire autrement ? A quoi pourrait ressembler un conseil municipal qui soit autre chose qu’une chambre d’enregistrement ? Nous y reviendrons.