Archives de catégorie : Vos élus A Gauche Autrement

Alors ces conseils municipaux au Pré-Saint-Gervais ?

Trois questions à Catherine Sire et Serge Volkoff, conseillers municipaux au Pré St Gervais, élus opposition à Gauche Autrement depuis 2014.

Un Conseil Municipal au Pré-Saint-Gervais, comment ça se passe ?

Ça se passe. On se retrouve une dizaine de fois dans l’année, pendant une heure et demie à deux heures, un lundi soir en général. On traite une vingtaine de points, certains très rapidement, d’autres avec des discussions un peu plus longues. Chaque point est présenté par un maire ou un adjoint, puis il y a un temps de questions et réponses et ensuite on vote. L’ambiance dans l’ensemble est assez feutrée, c’est rare qu’un ou une membre du Conseil élève la voix, mais ça arrive. Il faut dire que la plupart des points sont très techniques, des questions qui ne posent pas de problème mais pour lesquelles le passage en Conseil Municipal est obligatoire. Tout cela est préparé par les services de la mairie, dans des documents qu’ils rendent aussi clairs que possible, mais ce n’est pas toujours facile. Ces points ont en général été présentés en commissions quelques jours avant, avec la possibilité pour les conseillers de poser directement des questions aux services – mais pas la possibilité (au Pré) de mettre vraiment ces points en discussion, et encore moins de contribuer à les modifier. En revanche, et malgré nos demandes répétées de modifications du règlement intérieur de ce conseil, il ne nous est pas possible de proposer un point à l’ordre du jour. Ainsi, certains sujets importants pour la vie de la ville ne nécessitent pas de vote : ils ne sont alors pas du tout discutés en conseil. C’est par exemple le cas du projet Busso, ou encore du nouveau Conservatoire. Et c’est tout le problème !

C’est tout de même un lieu de débats ?

Si on veut. On peut s’exprimer librement (c’est heureux !) à propos d’un point sur lequel nous avons des doutes ou des critiques. Il y en a en général deux ou trois par séance. Malheureusement cela ne change jamais rien à la décision : elle est prise depuis plusieurs jours au sein du bureau municipal et/ou du groupe majoritaire (PS et PCF), il n’est pas question de la remettre en cause, ni même de la différer. L’argument massue, dans ces cas-là, c’est de nous dire que « la majorité est la majorité » ; et aussi que c’était dans leur programme électoral…en 2014, donc. Comme si le vote des 2031 habitants en leur faveur en 2014 avait ainsi validé tout le programme, dans le détail et définitivement.

Votre participation est tout de même utile ?

Disons qu’on essaie de faire en sorte qu’elle ne soit pas inutile. Les réponses à nos questions peuvent nous permettre d’être plus précis ensuite dans nos tribunes et dans nos tracts, lorsqu’on s’adresse à toute la population. Parfois il y a un peu de public dans la salle (surtout en période électorale…), cela peut être intéressant qu’ils entendent ce qu’on a à dire. Il peut arriver aussi que nos arguments mettent la majorité dans l’embarras, ce qui va lui ôter l’idée d’agir de la même façon l’année d’après. Et puis nous menons une bataille constante pour un autre fonctionnement de la démocratie politique au Pré, ce qui nous a aidés à bâtir nos propres propositions sur le fonctionnement du Conseil et des commissions, la participation des habitants etc. Cela se retrouve dans le programme électoral d’à Gauche Autrement, n’hésitez pas à le regarder…

On avait dit « trois questions », mais permettez qu’on vous en pose une petite quatrième : allez-vous rempiler ?

Nous sommes bien sûr dans la liste d’à Gauche Autrement pour cette élection-ci. Pas tout à fait en tête de liste, parce qu’il faut un peu de changement. Nous ne demandons pas mieux que d’être à nouveau élus, mais évidemment cela dépendra des choix des électrices et électeurs. Donc, à bientôt peut-être !

Maîtriser les dépenses : une fierté ?

Le budget 2020 du Pré-St-Gervais, dernier budget de la mandature, a été présenté au conseil municipal le 24 février.

Comme à l’accoutumée, la majorité municipale s’est félicitée de la maîtrise des budgets et notamment du budget de fonctionnement de la ville. Dans le même temps, de nouvelles dépenses de fonctionnement ont été annoncées (entre autres, recrutement d’un préventeur et de trois médiateurs).

Les élus À Gauche Autrement ont fait remarquer que les dépenses de fonctionnement sont aussi des ressources pour beaucoup d’habitants, notamment les moins riches, qui ont grand besoin que le service public reste de qualité. Ils ont donc demandé quelles étaient les contreparties des dépenses supplémentaires  : quels services rendus au public au quotidien allaient voir leurs moyens diminuer ?

Réponse : les dépenses de fonctionnement ont légèrement augmenté et donc il n’y a pas eu de poste affecté par les nouvelles dépenses.

Tout comme l’année dernière, nous avons dénoncé l’absence de préparation en commun, de présentation de ce budget à l’avance. Nous sommes supposés l’éplucher en 5 jours, sans disposer des éléments pour pouvoir apprécier certains choix.

Cette séance de préparation que nous réclamons depuis des années avait fini par être mise en place deux années consécutives. Puis elle a disparu, malgré la promesse réitérée l’année dernière de la tenir cette année.

Le maire concède que lors de la prochaine mandature, une conférence de préparation du budget devra être organisée avec les oppositions en amont (vieille promesse éternellement non tenue, comme on lui a fait remarquer). Eh bien, voilà un engagement pour le prochain maire… ou la prochaine mairesse,

Dans le programme d’à Gauche Autrement chaque année, un débat public aura lieu au moment de l’élaboration du budget qui traduit les priorités de la majorité (ressources et dépenses) pour  l’année suivante.

En attendant, pour ces raisons, nous avons voté contre le dernier projet de budget de la majorité sortante.

 

 

Nous serons présents lors des élections municipales de mars 2020 !

Depuis notre création en 1995, nous sommes là pour que vivent nos valeurs d’écologie, de citoyenneté et d’égalité au Pré-Saint-Gervais et à Est Ensemble. Nous les porterons à nouveau cette année.

Nous ne sommes pas des soutiens du gouvernement. Nous sommes même clairement opposés au « macronisme ». On ne rend pas une société plus heureuse en creusant les inégalités et en prétendant que les fortunes des uns vont « ruisseler » sur les autres ; en laissant les lobbys – ou les promoteurs immobiliers – paralyser toute action d’ampleur contre le réchauffement climatique. La politique municipale doit renverser ces inégalités et promouvoir le bien commun.

Nous n’appartenons pas à la majorité sortante conduite par le Parti socialiste au Pré, dont nous critiquons depuis toujours l’esprit de clan, les pratiques clientélistes, le peu de goût pour les débats ouverts, la tendance à dénigrer les orientations différentes des leurs. Nous voulons créer les conditions d’une vraie réflexion collective sur les choix à faire en y associant les habitants, en matière d’aménagement de la ville, d’environnement, de santé, d’éducation, de sécurité, au Pré comme plus largement dans l’agglomération Est Ensemble.

Nous ne sommes pas sans étiquette politique. Nous sommes « À Gauche », donc décidés à remettre en cause les formes de domination dans nos sociétés, en particulier la soumission du devenir de la planète et des humains aux « marchés financiers ». Et nous sommes « Autrement », par notre engagement, qui ne date pas d’hier, sur nos trois valeurs majeures : l’écologie, la citoyenneté et l’égalité. À Gauche Autrement tente depuis toujours de rassembler sur la ville toutes les forces de la gauche écologique et sociale en offrant une alternative originale au jeu des partis et des appareils (du PS à La République en marche).

C’est encore aujourd’hui le sens de cette nouvelle candidature : un appel à réunir tous les habitants et toutes les forces politiques qui se reconnaissent dans cette démarche.

Au fil des années, la candidature d’À Gauche Autrement a recueilli de plus en plus de suffrages et d’encouragements. Nous avons cherché à faire vivre nos idées et propositions dans l’opposition municipale et dans la ville par nos interventions au conseil municipal, nos réunions publiques et aussi notre engagement sur des sujets majeurs comme les liens entre environnement et santé ou la lutte pour une régie publique de l’eau. Le groupe À Gauche Autrement s’est forgé une expérience et s’est ouvert à de nouveaux arrivants.
Il est temps de nous donner la possibilité de mettre nos idées en œuvre.
Tous ceux qui souhaitent s’y associer sont les bienvenus.

Cette élection est l’occasion de changer de voie et de faire du Pré-Saint-Gervais une ville « Autrement ».

>>> Télécharger le communiqué

Le Pré toujours PLUs dense : c’est non !

Les élus À Gauche Autrement viennent, au Conseil municipal du 9 décembre, de voter contre le Plan Local d’Urbanisme présenté par l’équipe de Laurent Baron. Voici pourquoi.

En mai 2019, une première série de modifications imposées par un nouveau décret avait amené à une révision du PLU, soumise au vote du conseil municipal.

Les élus d’AGA s’étaient alors abstenus sur le vote de ce PLU, qui représente par ailleurs un document assez technique, de plus de 400 pages, soumis aux élus quelques jours seulement avant la tenue du conseil municipal .

Les principaux points qui avaient justifié cette abstention étaient alors :

  • La densification imposée à la ville du Pré, à l’identique de celle imposée à toutes les villes de la couronne parisienne concernées par le SDRIF[1]. Nous expliquions déjà qu’il n’était pas justifié de demander les mêmes efforts en matière de construction au Pré-Saint-Gervais, 3e ville la plus dense de France, qu’à d’autres villes. Pour rappel, celle-ci se traduit par la construction de 385 logements supplémentaires sur la ville du Pré sur cinq ans, et d’ici 2030, de 1300 logements supplémentaires, correspondant à environ 3000 habitants supplémentaires
  • Le projet Busso qui ne nous paraissait pas répondre au besoin exprimé par les habitants de disposer d’un poumon vert pour respirer, d’un espace vert que l’on puisse atteindre en moins de 10 minutes à pied. Il y manquait aussi l’aménagement de placettes, pour favoriser les lieux d’échange dans la ville.
  • Enfin, le projet sur le secteur d’entrée de ville ne nous convenait pas : il visait à construire un immeuble dit « signal » plus haut que celui qui lui fait face, à savoir l’immeuble Yvoire. Cet immeuble, ainsi qu’un ensemble de logements et bureaux, viendrait se substituer à l’immeuble de l’ancienne sécurité sociale, aux ateliers de la ville qui font l’entrée de ville.

[1] Schéma directeur de la région Ile-de-France

Le 9 décembre un PLU modifié nous était présenté, en tenant compte notamment des réserves et recommandations du commissaire enquêteur suite à l’enquête publique.

Le Pré dense

Les élus d’AGA ont cette fois voté contre ce projet. Voici notre intervention :

Rappelons que nous, les élus d’AGA, nous étions abstenus sur le PLU en mai car nous pensons que la densification urbaine devrait épargner les villes les plus denses telles que le Pré-Saint-Gervais

Sur  la plupart des modifications apportées au PLU, nous n’avons pas d’objections.

En revanche, nous constatons que deux des recommandations du commissaire enquêteur ne se traduisent par aucune modification de cette nouvelle version du PLU.

Ces modifications concernent :

  • la prise en compte des impératifs liés à la conservation de la bonne santé des habitants
  • et la nécessité de poursuivre après l’enquête la concertation concernant le site des salaisons Busso avec les habitants en vue d’un « acceptabilité des aménagements projetés ».

Aussi nous voterons cette fois contre cette version du PLU.

En effet, et malgré les affirmations de la majorité municipale, nous considérons que la réunion de présentation des 5 projets d’architectes ne constitue pas une concertation des habitants, mais une information, ce qui est bien différent.

A l’heure actuelle, il semble d’ailleurs que la majorité municipale ait retenu un projet, sans avoir annoncé qui en serait le lauréat. En revanche, l’ensemble des projets qui avaient été présentés ont disparu du site de la ville, comme si une fois que la mairie s’était acquittée de son « devoir » envers les habitants, il n’était plus question de leur demander leur avis. Ce qui sera d’ailleurs le cas.

Au conseil municipal du Pré les voeux ne se réalisent jamais

Au conseil municipal du Pré il est rare que les voeux se réalisent, surtout s’ils sont portés par l’opposition de gauche.

Deux points sur l’urbanisme dans notre ville étaient à l’ordre du jour du dernier conseil municipal de la ville : le PLU (Plan Local d’Urbanisme), et l’avenir de la friche Busso au travers d’un vœu déposé par notre groupe.

Le vœu de nos élus sur le devenir de la friche Busso  pour attendre que les municipales soient passées, pour que la majorité qui sera élue en mars puisse décider elle-même sur ce projet à long terme, demande de bon sens, a été vite balayée par le maire qui affirme qu’on ne peut plus attendre, que les Gervaisiens se sont exprimés au cours des ateliers urbains. Mais aucune réponse sur la cohérence du calendrier.

Manfestation Le Pre en transition
Manifestation samedi 7 décembre de l’association « Le Pré en transition » qui défend un projet de forêt urbaine sur le site de Busso.

Notre vœu a bien sûr été voté par les trois élus A Gauche Autrement, Catherine Sire, Delphine Debord et Serge Volkoff, mais contrairement à l’habitude, quatre autres élus se sont cette fois associés à notre voeu. Sept voix en tout. Ce n’est pas le miracle de Noël mais parions que l’approche des élections y est pour quelque chose.

Les élus d’ À Gauche Autrement ont également voté contre le PLU.

Dossier Busso. Les élus À Gauche Autrement déposent un voeu au prochain conseil municipal

Les trois élus du groupe « À Gauche Autrement »  du  Pré Saint-Gervais présenteront lundi prochain au conseil municipal un voeu sur le dossier Busso.

Voici le texte intégral :

Le Conseil Municipal du Pré Saint-Gervais, réuni le 9 décembre 2019,

– attentif à la densité exceptionnellement élevée de la population de la commune, et au niveau extrêmement faible des mètres-carrés d’espaces verts par habitant,

– soucieux de veiller aux conditions de vie des Gervaisien-nes d’aujourd’hui et de demain, dans le contexte d’un réchauffement climatique général et d’une élévation de la pollution dans les métropoles,

– désireux de prendre réellement en compte les préoccupations exprimées à ce sujet, ces derniers mois, à propos des projets urbains sur le terrain des anciennes salaisons Busso, par un très grand nombre de Gervaisien-nes, lors de réunions publiques et par signatures de pétitions,

– constatant que les projets d’aménagement déposés n’ont pas été orientés en ce sens,

– considérant qu’un projet qui définit pour de longues années le cadre de vie d’un quartier de la ville, et de la ville dans son ensemble, doit voir ses orientations débattues lors de la campagne pour les élections municipales proches, et non être bouclé avant celles-ci,

exprime le souhait que les décisions en ce domaine soient suspendues, à tout le moins jusqu’au premier conseil municipal qui suivra ces élections.

bussosite

Le conseil municipal est ouvert à tous les gervaisiens et débute à 19h30.

Police municipale, nouveau conservatoire, conseil participatif

Pour le citoyen lambda, un conseil municipal, c’est l’endroit où l’on discute et où l’on tranche sur les principales affaires de la ville, où l’on apprécie les choix qui ont été faits. Eh bien, ce n’est pas si évident que cela. Quelques exemples…
Depuis des années, les élus d’A Gauche autrement se heurtent à la majorité municipale sur la fonction du conseil municipal. Là où nous souhaiterions pouvoir être informés et échanger sur les principales affaires de la ville, la majorité municipale limite la fonction de ce conseil aux seuls points qui nécessitent un vote du point de vue de la loi. Et il se trouve que certaines affaires importantes de la ville ne nécessitent pas ce vote. Donc on n’en parle pas !

Continuer la lecture de Police municipale, nouveau conservatoire, conseil participatif

Frondeurs… mais pas trop

budgetLundi soir 18 février, débat au Conseil municipal sur le Rapport d’orientation budgétaire pour 2019 – avant le vote du budget qui aura lieu quelques semaines plus tard. Au début de ce rapport, un exercice obligé : dix pages de synthèse de la situation économique, en France et dans le monde. Des constats assez généraux, qui mènent droit à cette conclusion concrète, pour la commune : va falloir « maîtriser les dépenses ». Continuer la lecture de Frondeurs… mais pas trop

Vous avez dit budget participatif ?

L’approbation du règlement du budget participatif était à l’ordre du jour du dernier conseil municipal au Pré-Saint-Gervais.

Qui s’opposerait à cette belle idée ? Mais qui ne poserait pas de questions en vue d’améliorer autant que possible les termes de ce « projet » de règlement ?

Mais ce règlement ne porte le nom de « projet » que pour faire croire qu’on fait de la démocratie participative. Rien en effet ne peut être modifié dans ce soi-disant « projet », compte tenu des délais (que s’est  donnés la majorité municipale ).
Vous avez dit « participatif » ? Ça commence mal.

Alors, pour quand même essayer et pour établir un compromis, les élus d’À Gauche Autrement ont questionné sur les conditions de la communication pour notamment être certains que l’appel ne resterait pas dans un cercle d’avertis, sur le périmètre du terme « municipalité » souvent utilisé dans ce projet, sur les conditions d’instruction avant et après, sur le budget (rappelons que c‘est la Ville qui dépense).

Mais rien n’était possible ce soir-là. On ne pouvait rien modifier dans ce règlement qui devait nécessairement être voté avant la fin décembre pour que le projet soit mis en oeuvre comme prévu. C’est ainsi qu’on se passe de la « participation » des élus dont le point de vue aurait permis de l’améliorer.

Sept Arpents : renouvellement du quartier

imagesLe conseil municipal  du Pré -Saint-Gervais du 26 novembre 2018 se tenait quelques jours après les événements dramatiques qui se sont déroulés à Marseille, avec la chute d’un balcon d’un habitat très dégradé. L’un des points évoqués au cours du conseil municipal consistait précisément à agir dans le cadre du renouvellement urbain. Il s’agit là d’un bloc avec de l’habitat dégradé, voire abandonné et peu d’activité (excepté un  garage automobile). Dans le cadre de la lutte contre l’habitat indigne, un projet sur un îlot situé entre le 26 et le 40 rue Stalingrad nous a été proposé, visant la la démolition-reconstruction de l’ensemble du bâti, la création de « continuité verte » afin de relier les nouveaux programmes de la rue Carnot à cet îlot à requalifier.
Ce projet consiste à implanter de nouveaux immeubles, construits en retrait de la rue, avec la création d’un espace vert sur le long de la rue Stalingrad. Il s’agit d’un programme de 25 logements avec jardins en cœur d’îlot, composé au deux tiers par des logements en accession et d’un tiers de logements sociaux. Nous avons voté en faveur de ce projet, dont nous espérons qu’il contribuera à redonner un nouveau visage à ce quartier qui n’a que trop attendu ce renouvellement.