Tous les articles par LePreAutrement

Ensemble contre des retraites de misère et pour l’avenir de nos enfants

À l’occasion de la journée nationale d’action contre la réforme du sytème de retraites organisée ce mardi 17 décembre par l’ensemble des syndicats dans toute la France, des enseignants du Pré Saint-Gervais en grève organisent un départ collectif pour la manifestation parisienne.

Le rendez-vous est à 12h00 devant la mairie du Pré Saint-Gervais. 

À Gauche Autrement relaie bien volontiers  cet appel et vous invite à vous joindre au cortège parisien qui s’élancera à 13h30  de la place de la République. La manifestation doit ensuite se rendre à Nation en passant par la place de la Bastille.

Au conseil municipal du Pré les voeux ne se réalisent jamais

Au conseil municipal du Pré il est rare que les voeux se réalisent, surtout s’ils sont portés par l’opposition de gauche.

Deux points sur l’urbanisme dans notre ville étaient à l’ordre du jour du dernier conseil municipal de la ville : le PLU (Plan Local d’Urbanisme), et l’avenir de la friche Busso au travers d’un vœu déposé par notre groupe.

Le vœu de nos élus sur le devenir de la friche Busso  pour attendre que les municipales soient passées, pour que la majorité qui sera élue en mars puisse décider elle-même sur ce projet à long terme, demande de bon sens, a été vite balayée par le maire qui affirme qu’on ne peut plus attendre, que les Gervaisiens se sont exprimés au cours des ateliers urbains. Mais aucune réponse sur la cohérence du calendrier.

Manfestation Le Pre en transition
Manifestation samedi 7 décembre de l’association « Le Pré en transition » qui défend un projet de forêt urbaine sur le site de Busso.

Notre vœu a bien sûr été voté par les trois élus A Gauche Autrement, Catherine Sire, Delphine Debord et Serge Volkoff, mais contrairement à l’habitude, quatre autres élus se sont cette fois associés à notre voeu. Sept voix en tout. Ce n’est pas le miracle de Noël mais parions que l’approche des élections y est pour quelque chose.

Les élus d’ À Gauche Autrement ont également voté contre le PLU.

Dossier Busso. Les élus À Gauche Autrement déposent un voeu au prochain conseil municipal

Les trois élus du groupe « À Gauche Autrement »  du  Pré Saint-Gervais présenteront lundi prochain au conseil municipal un voeu sur le dossier Busso.

Voici le texte intégral :

Le Conseil Municipal du Pré Saint-Gervais, réuni le 9 décembre 2019,

– attentif à la densité exceptionnellement élevée de la population de la commune, et au niveau extrêmement faible des mètres-carrés d’espaces verts par habitant,

– soucieux de veiller aux conditions de vie des Gervaisien-nes d’aujourd’hui et de demain, dans le contexte d’un réchauffement climatique général et d’une élévation de la pollution dans les métropoles,

– désireux de prendre réellement en compte les préoccupations exprimées à ce sujet, ces derniers mois, à propos des projets urbains sur le terrain des anciennes salaisons Busso, par un très grand nombre de Gervaisien-nes, lors de réunions publiques et par signatures de pétitions,

– constatant que les projets d’aménagement déposés n’ont pas été orientés en ce sens,

– considérant qu’un projet qui définit pour de longues années le cadre de vie d’un quartier de la ville, et de la ville dans son ensemble, doit voir ses orientations débattues lors de la campagne pour les élections municipales proches, et non être bouclé avant celles-ci,

exprime le souhait que les décisions en ce domaine soient suspendues, à tout le moins jusqu’au premier conseil municipal qui suivra ces élections.

bussosite

Le conseil municipal est ouvert à tous les gervaisiens et débute à 19h30.

Où vont les urgences ? Réunion publique mecredi 6 novembre à 20h30

À Gauche Autrement vous invite à une réunion publique mercredi 6 novembre 2019 à 20h30 à la Maison des associations du Pré-Saint-Gervais – Place Anatole France 

l y a ce que l’on sait : depuis plusieurs mois les personnels de la moitié des services d’urgence sont engagés dans une grève parce qu’ils n’ont plus du tout les moyens d’assurer des soins de qualité, ni de préserver…leur propre santé.

An Emergency employees of French public hospital system AP-HP (Assistance publique-Hopitaux de Paris) wearing a message reading "on strike" stands in front of a banner reading "The patient is not a merchandise" as they protest against working conditions, at the entrance of the Pitie-Salpetriere Hospital in Paris on April 15, 2019. The two main unions denounce "unbearable" working conditions, while management promises reinforcements. The strike began in mid-March 2019 after a series of attacks at the Saint-Antoine hospital in the east of the capital. / AFP / KENZO TRIBOUILLARD
An Emergency employees of French public hospital system AP-HP (Assistance publique-Hopitaux de Paris) wearing a message reading « on strike » stands in front of a banner reading « The patient is not a merchandise » as they protest against working conditions, at the entrance of the Pitie-Salpetriere Hospital in Paris on April 15, 2019. The two main unions denounce « unbearable » working conditions, while management promises reinforcements. The strike began in mid-March 2019 after a series of attacks at the Saint-Antoine hospital in the east of the capital. / AFP / KENZO TRIBOUILLARD

Il y a ce qu’on entend dire : que ces difficultés viennent de loin ; qu’elles ont bien des causes, dans le système de santé en général et dans les réformes de l’hôpital, ligoté depuis 10 à 20 ans par des logiques comptables ; et que les mesures annoncées par le gouvernement ne règlent rien, en tout cas pas dans l’immédiat.

Et puis il y a ce qu’on se demande : où va-t-on, comme cela ? Le système de soin en France, envié dans beaucoup de pays du monde, pourrait-il s’écrouler ? Comment agir pour qu’il en aille autrement ?

Venez échanger avec Laurent Rubinstein, infirmier à Robert Debré, membre du collectif InterSau (services d’accueil des urgences)

et Fanny Vincent, sociologue, co-auteure du livre « La casse du siècle. A propos des réformes de l’hôpital public » (éditions Raisons d’agir)

 

Vous avez dit budget participatif ?

L’approbation du règlement du budget participatif était à l’ordre du jour du dernier conseil municipal au Pré-Saint-Gervais.

Qui s’opposerait à cette belle idée ? Mais qui ne poserait pas de questions en vue d’améliorer autant que possible les termes de ce « projet » de règlement ?

Mais ce règlement ne porte le nom de « projet » que pour faire croire qu’on fait de la démocratie participative. Rien en effet ne peut être modifié dans ce soi-disant « projet », compte tenu des délais (que s’est  donnés la majorité municipale ).
Vous avez dit « participatif » ? Ça commence mal.

Alors, pour quand même essayer et pour établir un compromis, les élus d’À Gauche Autrement ont questionné sur les conditions de la communication pour notamment être certains que l’appel ne resterait pas dans un cercle d’avertis, sur le périmètre du terme « municipalité » souvent utilisé dans ce projet, sur les conditions d’instruction avant et après, sur le budget (rappelons que c‘est la Ville qui dépense).

Mais rien n’était possible ce soir-là. On ne pouvait rien modifier dans ce règlement qui devait nécessairement être voté avant la fin décembre pour que le projet soit mis en oeuvre comme prévu. C’est ainsi qu’on se passe de la « participation » des élus dont le point de vue aurait permis de l’améliorer.

Gestion publique de l’eau. La mobilisation fait reculer Santini.

Jeudi dernier, à l’appel de la Coordination Eau Île-de-France et des collectifs eau publique d’Est Ensemble, une soixantaine de citoyens ont bloqué l’entrée principale de l’usine des eaux de Choisy-le-roi où devait se tenir une réunion du SEDIF.

Cette action fait suite à la lettre ouverte adressée par 100 élu-es d’Est Ensemble, demandant au président du SEDIF André Santini de ne pas exclure leur territoire de la convention provisoire signée en 2017 entre le SEDIF et les trois territoires (Est Ensemble, GrandOrly-Seine-Bièvre et Plaine Commune) qui tous trois ont refusé d’adhérer au syndicat.

M. Santini, menaçait les usagers d’une hausse massive des tarifs de l’eau avec la rupture immédiate de la convention.

Le comité syndical du SEDIF a finalement décidé de maintenir la convention jusqu’à la fin de la durée initialement prévue, c’est à dire fin 2019. C’est un succès à mettre au compte de la mobilisation des comités eaux publique de nos communes et de l’action collective.

En 2019 les trois conseils de territoire seront amenés à décider de leur futur mode de gestion de l’eau, à confirmer leur sortie du SEDIF et leur choix de la gestion publique.

Gestion publique de l’eau : La grande stagnation !

La coordination EAU – Ile de France revient sur son blog sur le rapport annuel publié par le SEDIF.  Où l’on apprend que loin d’avancer le dossier de la gestion publique de l’eau aurait tendance à stagner…

Le rapport annuel sur la qualité et le prix du service public de l’eau potable présenté par le Syndicat des Eaux d’Île de France (SEDIF) pour l’année 2017 s’intitule « l’eau en mouvement », un comble pour un organisme aussi sclérosé que le SEDIF!
Avec cette luxueuse brochure en papier glacé, nous nageons dans la communication et l’idéologie à gros bouillons, quitte à s’éloigner des rivages de la réalité.

Cela commence par un focus sur une étude sur la sécurisation et l’interconnexion des réseaux entre les différents opérateurs qui existait déjà avant 2017.  Une façon d’introduire le projet défendu par le SEDIF, d’un « Grand Paris de l’eau » pour mutualiser les moyens de production d’eau potable en Ile-de-France, projet qui ne fait l’objet d’aucun accord. C’est un « grand projet inutile », a même affirmé la Ville de Paris. Un projet chiffré pour l’Île-de-France à 500 millions d’euros selon le SEDIF (et sans doute à bien davantage en réalité) qui viendraient gonfler la facture d’eau des usagers.

>>> Lire la suite sur le blog de la coordination Eau Ile de France.

Ne souriez pas, vous êtes filmés !

Vous ne le savez peut-être pas, mais depuis quelques jours vous êtes filmés au Pré Saint-Gervais. Seul un petit panneau plutôt discret à l’entrée de la commune en informe les citoyens.
La mairie vient d’installer 23 caméras de vidéosurveillance dans les rues de la ville pour  « lutter contre la délinquance ».

La ville a déboursé la rondelette somme de 630 000 Eur pour ce dispositif. Cela fait quand même près de 30 000 euros par caméra.
La sécurité des citoyens, n’a certes pas de prix, mais encore faudra-t-il vérifier l’efficacité de ce type de dispositifs pour réduire les actes de délinquance.

Continuer la lecture de Ne souriez pas, vous êtes filmés !

Les arbres tombent

Tout doucement, la majorité municipale PS fait abattre les arbres.  Quelques arbres par çi (devant la Poste) quelques arbres par-là (square Edmond Pépin), ou encore Rue Brossolette. Seuls les riverains proches sont informés. Cela peut éviter des vagues. La réaction est moins massive et l’opposition n’a qu’à s’abattre. Mais rassurez-vous car la Ville va replanter ! nouveau petit contre ancien grand ! pas la même canopée, pas le même appareil racinaire mais en nombre c’est pareil. Mais,  1 n’est pas toujours égal à 1.

Continuer la lecture de Les arbres tombent

Aga appelle à voter dimanche pour Sabine Rubin de la France Insoumise

panneaux

Groupe politique local pluraliste, à Gauche Autrement au Pré Saint Gervais n’a pas pris de position avant le premier tour des élections législatives.

Le taux d’abstention élevé à ce premier tour, en moyenne nationale et davantage encore dans notre circonscription, interroge notre vie démocratique et attire entre autres l’attention sur les méfaits du mode de scrutin uninominal à deux tours.  

Le deuxième tour voit s’affronter dans notre circonscription les candidates d’En Marche et de la France Insoumise. En examinant leurs programmes au regard des valeurs d’Ecologie, Citoyenneté et Egalité, qui sont au cœur des orientations d’à Gauche Autrement, nous appelons à voter pour Sabine Rubin, de la France Insoumise.