Faisons de l’urbanisme, pas de l’immobilier !

Nous l’avons écrit et nous ne renions rien : les nouveaux projets d’aménagement urbain doivent être construits avec les premiers concernés, les habitant·e·s et pas seulement à coups d’opérations de promoteurs et de communication. Les ateliers urbains, c’est bien, faire participer tout le monde et donner dès le début la règle du jeu, c’est mieux. 

Elu en mars 2020, Laurent Baron accordait, dès septembre, un nouveau permis pour construire 69 logements aux 8 et 12 rue J-B Sémanaz.

Un maire devrait mettre un tel sujet à l’ordre du jour d’un conseil municipal, et ce même s’il veut respecter le Plan Local de l’Habitat. Il n’est pas possible que soient détruits et construits des immeubles – même sur des terrains privés, avec des permis instruits par la Ville – sans que les habitants soient informés en amont par leurs élus ou par tout autre moyen ; a fortiori quand c’est un bien de la ville (au n°12)

Le maire, comme ses prédécesseurs, bétonne sans concerter … alors qu’on pourrait respecter :

  • l’écologie en laissant (par exemple) une large place à la création d’un espace vert au n°12. La déchetterie mobile serait déplacée mais accessible,
  • la citoyenneté, en écoutant et discutant les propositions des Gervaisiens, en suivant pas à pas les travaux des bureaux d’étude, 
  • et l’égalité, car le 12 rue Sémanaz qui appartient à la Ville – donc à tous les Gervaisiens – ne peut pas être vendu ; quant au terrain privé, le permis de construire doit permettre quelques logements assurant une réelle mixité sociale. Les outils existent. Il faut les utiliser.  
Le Pré dense