Faisons de l’urbanisme, pas de l’immobilier !

Nous l’avons écrit et nous ne renions rien : les nouveaux projets d’aménagement urbain doivent être construits avec les premiers concernés, les habitant·e·s et pas seulement à coups d’opérations de promoteurs et de communication. Les ateliers urbains, c’est bien, faire participer tout le monde et donner dès le début la règle du jeu, c’est mieux. 

Elu en mars 2020, Laurent Baron accordait, dès septembre, un nouveau permis pour construire 69 logements aux 8 et 12 rue J-B Sémanaz.

Un maire devrait mettre un tel sujet à l’ordre du jour d’un conseil municipal, et ce même s’il veut respecter le Plan Local de l’Habitat. Il n’est pas possible que soient détruits et construits des immeubles – même sur des terrains privés, avec des permis instruits par la Ville – sans que les habitants soient informés en amont par leurs élus ou par tout autre moyen ; a fortiori quand c’est un bien de la ville (au n°12)

Le maire, comme ses prédécesseurs, bétonne sans concerter … alors qu’on pourrait respecter :

  • l’écologie en laissant (par exemple) une large place à la création d’un espace vert au n°12. La déchetterie mobile serait déplacée mais accessible,
  • la citoyenneté, en écoutant et discutant les propositions des Gervaisiens, en suivant pas à pas les travaux des bureaux d’étude, 
  • et l’égalité, car le 12 rue Sémanaz qui appartient à la Ville – donc à tous les Gervaisiens – ne peut pas être vendu ; quant au terrain privé, le permis de construire doit permettre quelques logements assurant une réelle mixité sociale. Les outils existent. Il faut les utiliser.  
Le Pré dense

Pour que 2021 efface 2020…

L’heure des voeux. Pour ce qui nous concerne à À Gauche Autrement nous faisons des voeux pour que 2021 efface 2020 avec :

  • La fin de la pandémie de Covid pour revenir à une vie locale faite d’échanges, de partage et de réalisations collectives, entre Gervaisiens, d’une part, avec les associations d’autre part.
  • La mise en place d’une véritable politique de solidarité envers ceux et celles que la crise économique, sociale aura privés de leur emploi : c’est le moment ou jamais de repenser le rôle de la ville.
  • Une nouvelle élection municipale qui permette aux Gervaisiens de faire entendre leur voix sur la façon dont doit se construire notre ville.
  • La fin d’une politique de « clan » belliqueuse, de dénigrement de l’opposition, à l’image de la campagne engagée par le maire Laurent Baron, avec les moyens de communication de la municipalité. Cette fois-ci, l’objet de ses attaques est la Liste Citoyenne, dont le recours a pourtant été entendu par le tribunal administratif.
  • La possibilité pour les habitants d’intervenir dans les décisions de transformations de la ville. Le maire affiche sa satisfaction de ses réalisations et annonce des concertations, notamment pour l’aménagement de la rue Joineau désormais piétonnisée. Sauf que… cette concertation a été oubliée dans les quelques projets mis en place : cette piétonisation, mais aussi le nouveau tracé du bus 170 ou les nouveaux projets immobiliers.
  •   Une mairie qui renoncerait à céder pour un énième projet immobilier le terrain dont elle est propriétaire rue Sémanaz (actuellement dévolu à la déchetterie mobile). La majorité municipale continue à se défaire des derniers terrains de centre-ville qui pourraient être consacrés aux besoins collectifs : espaces verts, équipements publics. Cette décision, prise sans consultation, aura pour conséquence d’accentuer encore plus la sur-densification de la ville, d’augmenter les prix de l’immobilier, le rendant inaccessible à l’immense majorité des Gervaisiens.
  • La mise en place, enfin, d’une régie publique de l’eau, afin que ce bien commun soit géré de façon durable et responsable par ses utilisateurs, les habitants d’Est Ensemble.

Cette nouvelle élection municipale sera pour nous l’occasion de nous engager à nouveau pour créer les conditions d’une vraie réflexion collective avec les habitants, en matière d’aménagement de la ville, d’environnement, de santé, de solidarité, d’éducation et de sécurité, au Pré Saint-Gervais.

Les mois de mandature qui viennent de se dérouler montrent la brûlante actualité de ce projet. Une bonne année 2021, ce serait déjà d’avoir une bonne démocratie locale. C’est ce que nous vous souhaitons à toutes et tous.

Annulation du résultat des élections municipales au Pré SainT-Gervais

Le groupe À Gauche Autrement  prend note de la décision du Tribunal administratif qui vient d’annuler le résultat des élections municipales du 15 mars dernier au Pré Saint-Gervais.

Le candidat socialiste Laurent Baron avait été élu dès le premier tour avec 50,19% des suffrages. Une majorité avec seulement 7 voix d’avance.

Or chacun se souvient que des dizaines de voix, exprimées sans ambiguïté en faveur de la Liste Citoyenne, n’avaient pas été prises en compte, suite à un enchaînement de circonstances impliquant des responsabilités multiples.

Si ces voix avaient été comptabilisées, l’élection aurait donné lieu à un second tour. C’était le choix des électrices et électeurs de notre ville.

La décision du tribunal administratif de Montreuil est donc incontestablement une bonne nouvelle pour la démocratie et le respect du vote des gervaisien.nes.

L’avance nette de la liste majoritaire après le premier tour ne peut pas être une raison suffisante pour considérer qu’un second tour n’aurait eu aucune importance. Le verdict des urnes s’impose à tous.

Dans l’attente de la décision de la liste de Laurent Baron quant à un éventuel appel vis-à-vis de cette décision, nous continuerons d’agir, comme force politique d’opposition à gauche, pour les valeurs de l’Ecologie, de la Citoyenneté et de l’Egalité.