Archives pour l'étiquette Santé

Des visages et des mots sur la souffrance au travail

Petit rappel.
A Gauche Autrement vous invite à rencontrer la psychologue du travail et psychanalyste Lise Gaignard ce jeudi  12 mai à 20h30 à la Maison des Associations du Pré Saint Gervais. 

Lise Gaignard a publié il y a quelques semaines « Chroniques du travail aliéné » aux éditions  d’Une. Il s’agit de la retranscription d’entretiens avec des personnes qu’on avait adressées à son cabinet pour “souffrance au travail ». Des récits qui mettent des visages et des mots sur la souffrance au travail.
Lise Gaignard

On y parlera aussi de travail

4822094_3_13c8_chroniques-du-travail-aliene-par-lise-g_224950ebaa16bd705a3700ce087f6246

Lise Gaignard a proposé dans un livre récent des récits, brefs et parlants, de salariés qui lui ont décrit leur souffrance, et/ou les compromissions douloureuses qu’ils ont dû accepter.
à gauche autrement l’invite le 12 mai 2016 à venir débattre de 
« Chroniques du travail aliéné ».
Ce sera à partir de 20 h 30 sur la Terrasse de la Maison des Associations (3 place Anatole France au Pré-Saint-Gervais). Continuer la lecture

Notre environnement c’est aussi notre santé

Nous vous invitons à une réunion publique, jeudi 11 février,  3 place Anatole France Maison des Associations au Pré-Saint-Gervais, à partir de 20 h 30.

La question de la relation entre Environnement et Santé est de plus en plus préoccupante en raison de l’augmentation régulière de maladies chroniques comme le cancer, le diabète, les atteintes de la reproduction, l’asthme, les allergies, les troubles mentaux et neurologiques… et de l’émergence de maladies nouvelles comme l’hypersensibilité chimique.
Certes l’alcool et le tabac sont en cause mais les données scientifiques montrent que pollutions, alimentation déséquilibrée, sédentarité, urbanisation ou autrement dit les facteurs environnementaux le sont également aussi.

res
Le Réseau Environnement Santé voudrait mettre les questions d’environnement et de santé au coeur des politiques publiques. Il mène des campagnes sur les grandes questions de santé et d’environnement. Il agit pour une meilleure prise en compte des données scientifiques validées et pour la mise en oeuvre du principe de précaution.
Ce réseau a aujourd’hui 4 grands projets : Perturbateurs Endocriniens (PE), Maladies Chroniques (MC), Maladies Emergentes et Risques émergents, Alimentation Environnement (AE).
Pour en savoir plus, nous avons invité un chercheur dans ce domaine, président du Réseau Environnement Santé, André Cicollela.
Bien sûr il parlera de ce qu’on connait un peu (comme les perturbateurs endocriniens : phtalates, parabènes, bisphénol A, pesticides) et nous le questionnerons.
Nous aimerions qu’on puisse ensemble réfléchir aux moyens d’action dont nous disposons au niveau de notre commune, de notre Territoire.

Rendez-vous pour en parler jeudi 11 février à la maison des association à partir de 20h30

Manger Bio et local dans les cantines, c’est possible.

Mais oui c’est possible. Il suffit quand on est un homme ou une femme politique de le vouloir et de trouver les solutions. Sur ce sujet comme sur beaucoup d’autres il faut avoir de la volonté…

Manger Bio

Une pétition circule en ce moment pour que les citoyens interpellent leurs députés pour l’adoption d’une loi pour l’introduction d’aliments bio et locaux dans les cantines publiques. Une vraie bonne idée.

Une pétition que nous relayons bien volontiers. On peut  y lire notamment :

« Au lendemain de la COP 21, privilégier les circuits courts c’est passer aux actes en limitant les émissions causées par les transports d’alimentation longue distance à travers la France et l’Europe.

Alors que le chômage ne cesse de progresser en France, privilégier la production locale c’est maintenir et créer des emplois en secteur rural.

Privilégier une alimentation durable dans la restauration collective c’est permettre au plus grand nombre d’accéder à une alimentation saine et de qualité notamment pour les personnes les plus vulnérables que sont les enfants »…

>>> A lire et signer  ici

Le sécurité sociale ferme dans le 93

Nous relayons cet appel contre la fermeture de plus de la moitié des antennes de la sécurité sociale en Seine Saint Denis.

La Caisse Primaire d’Assurance Maladie du 93 a décidé unilatéralement de fermer 18 des 33 antennes de la Sécurité sociale dans le 93 ! Refusons ce chantage à l’austérité, mobilisons-nous toutes et tous pour au contraire améliorer l’accueil au sein pour les CPAM. Nous sommes 1,5 million d’assurés sociaux à être concernés par cette casse sociale.

sossecu

5700 personnes se rendent chaque jour dans une des 33 antennes de la CPAM de Seine-Saint-Denis pour y faire traiter leur dossier de Sécurité sociale. Et voilà qu’au nom d’une « discrimination positive », la CPAM veut fermer plus de la moitié des accueils des assurés sociaux. Il est annoncé, sans rire une « réorganisation en vue d’une amélioration ». Comme si on pouvait vraiment faire mieux avec moins.

Avec ces fermetures, les usagers seront encore plus mal traités qu’aujourd’hui. Les plus isolés, les plus fragiles des Séquano-Dionysiens auront encore plus de difficultés pour se rendre aux accueils des CPAM. Les conditions de travail des agents de la CPAM, et surtout des précaires, seront fortement dégradées. Les habitants et salariés de Seine-Saint-Denis, département déjà durement touché par les cures d’austérité et où les personnes les plus vulnérables se concentrent, ne peuvent supporter la casse de leur système de protection sociale.

UNE FOIS ENCORE LES HABITANTS ET SALARIES DE SEINE-SAINT-DENIS SONT MÉPRISÉS

Il est temps de dire stop ! Refusons en bloc les folies de la direction de la Sécurité sociale et exigeons non seulement de conserver les 33 antennes actuellement existantes mais aussi l’amélioration de l’accueil du public :

  • Ouverture quotidienne de chacune des permanences ;
  • Diversification des lieux d’accueil, au plus près des usagers (administrations publiques, centres sociaux, maisons de quartier…) ;
  • Augmentation du nombre d’agents d’accueil et d’agents chargés du traitement des dossiers ;
  • Renforcement de la présence de médiateurs, d’écrivains publics et de traducteurs ;
  • Ouverture de guichets spécifiques pour les cas d’extrême urgence.

Je signe pour un traitement digne des 1.500.000 affiliés à la Sécurité sociale en Seine-Saint-Denis, contre les fermetures de la CPAM 93 et pour le respect des habitants et salariés de Seine-Saint-Denis.

Concert de soutien à la maternité des Lilas pour les 40 ans de la loi Veil

Pour les 40 ans de la loi Veil, pour défendre le droit fondamental à l’IVG, la maternité des Lilas organise une soirée de soutien. L’occasion de rappeler que la maternité, toujours en lutte pour sa survie, défend ce droit depuis 50 ans. A Gauche Autrement soutient ce combat : en 25 ans, le nombre de structures pratiquant l’IVG en Seine-Saint-Denis a été divisé par deux, fragilisant ce droit essentiel pour la liberté des femmes.concert mater lilas 9 01

Cette soirée aura lieu le 9 Janvier 2015, au théâtre du Garde Chasse aux Lilas.
Plusieurs artistes se produiront sur scène, à partir de 20h30. La programmation complète sera révélée prochainement (sont annoncés : Arthur H, Clarika, Julie et Moi, Sophie Darly…) Continuer la lecture

Marisol Touraine au Clos Lamotte interpellée par le collectif maternité des Lilas

A Gauche Autrement se félicite de la décision de l’ARS de renoncer au projet de déménagement de la maternité des Lilas à Montreuil. La lutte du collectif de la maternité, et des nombreuses associations qui l’ont soutenu, commence à porter ses fruits. Il reste maintenant a transformer l’essai et trouver l’argent nécessaire pour que la maternité soit reconstruite aux Lilas.

Marisol Touraine était hier matin en déplacement au Foyer du Clos LaMotte au Pré-Saint-Gervais, en Seine-Saint-Denis accompagnée de Laurence Rossignol, secrétaire d’Etat chargée de la famille, des personnes âgées et de l’autonomie. Elles étaient reçues par Claude Bartolone, président de l’Assemblée nationale et Gérard Cosme, Maire de la ville et président d’Est ensemble.

Mater lilasAlors que Marisol Touraine sortait de son véhicule, des sages-femmes l’ont interpellée sur l’avenir de leur établissement, la maternité des Lilas.

Continuer la lecture