Archives pour l'étiquette Pré-saint-Gervais

Dépenser pour l’égalité

Projet politiqueDepuis plusieurs années, le taux des impôts locaux perçus par le Pré-Saint-Gervais est stable. Les responsables de la municipalité se félicitent de ne pas les avoir augmentés. De leur côté, les élus à Gauche Autrement, lors des discussions sur le budget en Conseil municipal, n’ont pas non plus pris position en faveur de nouvelles hausses, parce que pour beaucoup d’habitants celles-ci seraient difficiles à supporter : actuellement – et c’est regrettable –, le montant de ces taxes ne dépend pratiquement pas du revenu ; elles peuvent donc peser lourdement sur des familles peu fortunées. Continuer la lecture

Avis de recherche : où est passée l’égalité ?

Où est passée l'égalité ?
Où est passée l’égalité ?

Accès au logement, à l’emploi, aux soins, à l’eau, à l’électricité…, les Gervaisiens subissent de plein fouet la crise, les politiques d’austérité des gouvernements successifs et leur cortège d’inégalités. Tout ne se décide pas à l’échelon de la ville, mais la municipalité dispose de moyens pour combattre et corriger ces injustices. Or, la majorité PS-PCF ne montre pas sa volonté d’aller dans ce sens. Continuer la lecture

Eté 2014 : punis de Velib’ !

Pas de chance pour ceux qui sont restés au Pré-Saint-Gervais cet été… Et encore moins pour les mêmes qui s’étaient abonnés à Vélib’. Le week-end du 14 juillet, pas un Velib’ en vue dans la moindre station de la ville. Ceux qui n’avaient pas pris la peine de consulter le site internet de la société avant de venir au Pré ce week-end-là en ont été quittes pour retourner garer leur vélo à la station du métro Hoche.

Vide !
Vide !

Pourquoi les usagers de Velib’ de proche banlieue sont-ils systématiquement pénalisés : les stations sont moins fréquemment alimentées qu’à Paris et il n’est pas rare de se retrouver bredouilles au moment d’emprunter un vélo.

Il est vrai que les dégradations commises sur les vélos sont nombreuses. Pour éviter de voir les vélos partir en fumée ce week-end-là, la société a procédé à la fermeture préventive des stations. Ensuite, la Ville a également demandé la fermeture de la station Pépin.

Et voilà comment les abonnés (et les emprunteurs occasionnels) subissent une double peine : ils payent mais sont punis de Velib’ en été… n’ayant d’autre choix que de se tourner vers les transports en commun à la fréquence diminuée  en cette période de l’année.

Quelques suggestions :

  1. Consulter les habitants avant d’installer les stations de Vélib’ dans des lieux particulièrement exposés (à la sortie du collège, par exemple). Du coup, la station est fermée… pratiquement depuis son ouverture !
  2. Exiger de Vélib’ de  cesser de faire des économies sur le dos de ses abonnés.
  3. Organiser auprès des jeunes des séances de sensibilisation au respect du mobilier urbain et des vélos.
  4. Et puis… les ASVP pourraient de temps à autre intervenir pour faire respecter ce service à la disposition de tous… avant que la société Velib’ prenne les devants en fermant définitivement les stations de la ville.