Archives pour l'étiquette dépenses publiques

Plus de pouvoirs au maire et moins au conseil municipal

 

Appel d'offres

Une nouvelle loi permet désormais à la ville de ne plus passer par la commission d’appel d’offres pour les marchés dits « spécifiques ». Or il s’agit de marchés importants qui concernent : la restauration, le  périscolaire, les prestations sociales, les marchés de services juridiques, les séjours des enfants et adolescents, et les classes transplantées.
Dans une logique que la loi qualifie d' »assouplissement », le maire dispose désormais d’une délégation pour prendre les décisions en la matière. Magnanime, ce dernier a décidé de maintenir la CAO à titre consultatif pour ces marchés, en y invitant le maire-adjoint et les élus concernés par ces marchés.
Autrement dit, pas les élus hors majorité. Au conseil municipal du 21 novembre 2016, nous avons voté contre ce point, Il contribue à dessaisir un peu plus les élus de la ville de la marche des affaires qui la concernent.

Culte, subventions et associations

Au menu du conseil municipal du 30 mars, il y avait, comme chaque année, le vote des subventions aux associations de la ville. Les élus d’A gauche autrement ont interrogé le maire sur les principes qui guidaient la mairie dans l’attribution des subventions qui – si l’on en juge au moins par leur titre – sont proches de tel ou tel culte religieux.
Eh bien… la réponse du maire a été assez rapide : « il s’agit d’associations culturelles, c’est à ce titre que nous leur versons une subvention ». Ajoutant : « D’ailleurs vous les connaissez bien ».
Et non, nous ne pouvons pas connaître les activités de toutes les associations du Pré ; mais le maire, lui, les connaît certainement, et d’ailleurs sa réponse le prouve. Il pouvait donc donner au Conseil municipal les indications permettant de bien repérer leur caractère culturel. C’est pour cela que nous l’interrogions.

Certes, le sujet est brûlant. Mais ce n’est pas en refusant obstinément d’aborder le sujet que les passions se calmeront. Bien au contraire.
En l’absence de toute information à ce sujet et face au refus du maire de nous informer et d’échanger, nous nous sommes abstenus sur l’attribution de subventions à ces associations.
Et nous avons voté contre le versement de la subvention à l’école Saint Joseph qui, comme toutes les écoles religieuses, est une école privée. A ce titre, elle peut bénéficier de financements privés. Mais quand il s’agit de financements publics, alors ces derniers doivent aller… aux écoles publiques.

Autolib au Pré….

Le stationnement payant dit de « courte durée » a été mis en place dans le centre-ville du Pré pour permettre notamment aux habitants de stationner –brièvement- pendant qu’ils font des courses. Il s’agissait donc de participer au développement du commerce local.

ruecommercante_1624

Une station Autolib va être mise en place rue André Joineau, sans doute à côté de la station du P’tit bus du Pré. Elle accueillera 6 véhicules, ainsi qu’un espace réservé au rechargement des véhicules électriques des particuliers.  La Ville précise que « Son installation s’inscrit dans la volonté globale de la Ville de valoriser les modes de déplacements doux et écologiques ». Ce n’est pas nous qui contesterons cette volonté mais … ne pourrait-on pas faire un compromis en installant cette station dans un lieu moins central, plutôt que dans cette zone ou, précisément, il est intéressant de se garer pour faire ses courses.

Cela aurait été moins visible ? Continuer la lecture

Les plumés de l’austérité se rebiffent

A gauche Autrement signe l’appel des plumés de l’austérité.
11 milliards de dotations d’Etat en moins, d’ici 2017. Cette coupe dans les budgets des collectivités locales, est d’une gravité exceptionnelle. 

plumes

Nous citoyen-ne-s, nous subissons déjà l’austérité dans tous les domaines. La coupe déborde. Nous refusons d’être les plumés de l’austérité ! Continuer la lecture

Dépenser pour l’égalité

Projet politiqueDepuis plusieurs années, le taux des impôts locaux perçus par le Pré-Saint-Gervais est stable. Les responsables de la municipalité se félicitent de ne pas les avoir augmentés. De leur côté, les élus à Gauche Autrement, lors des discussions sur le budget en Conseil municipal, n’ont pas non plus pris position en faveur de nouvelles hausses, parce que pour beaucoup d’habitants celles-ci seraient difficiles à supporter : actuellement – et c’est regrettable –, le montant de ces taxes ne dépend pratiquement pas du revenu ; elles peuvent donc peser lourdement sur des familles peu fortunées. Continuer la lecture