Archives pour l'étiquette Démocratie

Plus de pouvoirs au maire et moins au conseil municipal

 

Appel d'offres

Une nouvelle loi permet désormais à la ville de ne plus passer par la commission d’appel d’offres pour les marchés dits « spécifiques ». Or il s’agit de marchés importants qui concernent : la restauration, le  périscolaire, les prestations sociales, les marchés de services juridiques, les séjours des enfants et adolescents, et les classes transplantées.
Dans une logique que la loi qualifie d' »assouplissement », le maire dispose désormais d’une délégation pour prendre les décisions en la matière. Magnanime, ce dernier a décidé de maintenir la CAO à titre consultatif pour ces marchés, en y invitant le maire-adjoint et les élus concernés par ces marchés.
Autrement dit, pas les élus hors majorité. Au conseil municipal du 21 novembre 2016, nous avons voté contre ce point, Il contribue à dessaisir un peu plus les élus de la ville de la marche des affaires qui la concernent.

49-3 : un aveu d’échec et un déni de démocratie

49.3-et-democratieLe 49.3 est une brutalité ! Un déni de démocratie ! » C’est ce que disait François Hollande en 2006. Le même François Hollande vient de l’utiliser deux fois en l’espace de quelques semaines.
Après avoir cherché par tous les moyens à dénigrer la mobilisation citoyenne contre la Loi Travail, le gouvernement socialiste vient de décider de bâillonner le parlement.
Utiliser le 49-3 alors que les oppositions s’expriment depuis des semaines contre le projet de loi El-Khomri est une nouvelle façon de confisquer la parole et de garder le pouvoir. Ils ne savent faire que ça parce qu’ils sont acculés mais en attendant ils nous font perdre du temps alors qu’il y a tant de choses à faire. Ils font perdre du temps à ceux qui ont les moyens d’attendre, mais ils laminent tous ceux qui n’ont rien.
N’hésitez pas à aller lire la dernière lettre d’attac .

 

 

Nuit Debout à Pantin et aux Lilas

Depuis le 31 mars, des milliers de personnes se réunissent Place de la République à Paris, dans toute la France et aussi à l’étranger.

nuit debour répiblique

Un mouvement qui a surpris tout le monde par son ampleur et par sa forme. Des assemblées de citoyens prennent possession des places des villes pour discuter et échanger librement. Chacun se réapproprie la parole et l’espace public.

nuitdeboutLa mobilisation visait à l’origine à protester contre le projet de casse du Code du travail. Elle a élargi ses perspectives pour devenir un point de convergence des luttes et un lieu qui interroge la façon de faire de la politique et la place des citoyens.

La politique n’est pas une affaire de professionnels, c’est l’affaire de tous.

C’est ce que dit Nuit Debout. C’est ce que nous disons depuis longtemps à A Gauche Autrement.

Nuit Debout, née sur la place de la République, est en train d’essaimer dans tout le pays et dans la 93. Plus de 200 personnes l’autre soir à Saint Denis, une cinquantaine de personnes vendredi dernier aux Lilas, et le souffle ne semble pas retomber.

Nuit debout aux Lilas
Début de la nuit debout aux Lilas vendredi dernier

À Pantin, une première Nuit Debout aura lieu ce mardi 19 avril à partir de 18h Place Olympe de Gouges, Rue Hoche sous les fenêtres d’Hermès. 

Et au Pré ? Qu’en dites-vous ? Chiche ?

Pour vous informer sur la Nuit Debout:
http://www.nuitdebout.fr

Jardin partagé : la réponse de la majorité municipale

Le pouce vert
Le Pouce vet : jardin partagé

On pourra toujours patauger dans la mare… Très résumé, voici l’essentiel de la réponse des maires-adjoints aux questions posées par les élus d’aga que nous avions relayées dans notre blog.

Lors du conseil municipal du 8 février, nous avons posé quelques questions précises. Continuer la lecture

Les élus A Gauche Autrement interpellent la mairie au sujet du jardin partagé

A l’occasion du conseil municipal du Pré Saint Gervais qui doit avoir lieu ce lundi, les élus du groupe A Gauche Autrement ont décidé de soumettre la question suivante à l’ordre du jour du conseil.

Sauvons le pouce vert

Questions à propos du devenir du Jardin partagé et du projet de l’ilôt Danton

L’association Le Pouce vert a appris récemment la fermeture du jardin partagé durant la période des travaux prévus, et ce à compter du 30 mars 2016.

Question : Nous souhaitons que l’ensemble des points exposés ci-dessous soient éclaircis.

Depuis la création du jardin partagé, plusieurs conventions ont été signées, puis prolongées entre la municipalité et l’association, donnant lieu à de nombreux échanges. Le projet Danton a donné lieu à plusieurs séances d’échanges au cours desquelles les riverains intéressés ont pu faire part de leur point de vue… sur les grandes lignes du projet. Sans pour autant avoir la garantie de voir leur avis pris en compte, puisque le projet définitif, ni même provisoire ne leur a été présenté. C’est une des limites que nous avons souvent dénoncées des séances baptisées « concertation », alors qu’il s’agit d’ « information « .

Aujourd’hui, alors que le projet semble définitif, plusieurs points posent problème. Notons bien qu’il s’agit là uniquement des points sur lesquels la municipalité a bien voulu communiquer, puisque pour le reste, les habitants, comme l’association du Pouce vert ou les élus, sont contraints de se contenter des informations… de trottoir.

L’interruption du fonctionnement du jardin pendant la durée des travaux : l’association, dès les premiers ateliers, avait fait part de son souhait de maintenir l’activité du jardin durant les travaux, sachant qu’une interruption durant plus d’un an équivaudrait à l’arrêt de ses activités. Nous demandons, en soutien à l’activité du Pouce vert, à ce qu’une solution soit envisagée pour maintenir une activité pédagogique pour la jeunesse, même réduite, autour de la marre, de la terre et des plantations et pas uniquement la mare elle-même, comme le propose votre 4 pages

La définition du jardin entre espace public et jardin partagé. L’évocation d’un espace cogéré (dans votre » 4 pages) ne va pas sans problème : Quel espace serait concerné par cette cogestion : le jardin association ? Le jardin public ? les deux ? Comment le règlement intérieur prévu pour le jardin associatif s’appliquera-t-il s’il n’y a pas de séparation étanche entre les deux espaces ? Qui préserve quoi ? Les horaires d’ouverture de la partie publique donneraient donc accès à la partie associative en l’absence de ses membres ? Qui pour s’assurer du respect des plantations ?

jardin

Mise à disposition d’un éco animateur : là aussi, si son arrivée va dans le bon sens, des questions se posent sur le périmètre de sa fonction et sur les responsabilités qui seront les siennes.

Enfin, ce quatre pages diffusé largement dans les boites à lettres des habitants avance des arguments à sens unique en faveur de la démolition du jardin actuel :

  • La pollution des sols(page 4) alors que celle-ci apparaissait comme négligeable au début des constats 
  • Le dénivelé qui n’est pas un argument !: on fait une rampe à un endroit si on veut permettre l’accès aux fauteuils)  
  • La place nécessaire pour les travaux nécessitant d’occuper l’espace jardin : il y a des solutions trouvées dans Paris bien dense, alors que future place jean-jaurès libérera de l’espace
  • La dalle qui doit être cassée : on peut aussi mettre de la terre par-dessus et planter des variétés à petites racines.

Enfin, nous sommes dans le flou concernant le reste du projet, qu’il s’agisse de l’immeuble qui sera construit et de ses qualités environnementales, ainsi que de l’ensemble des aménagements urbains prévus sur la rue environnante.

—-

La réponse de la majorité municipale ? Ce lundi à partir de 20h à la mairie pour le conseil municipal. La séance est publique.

A suivre également ici sur le blog. Abonnez-vous à la newsletter comme cela vous serez certains de ne rien rater.

Le jardin partagé « Le pouce vert » doit rester ouvert !

Réunion publique organisée par le Pouce vert,
Jeudi 14 janvier à 20 h 30,
à la maison des associations, 3 place Anatole France,
Pré-Saint-Gervais

Ilot dantonLe comptoir des mots ou des maux ?
« Pendant les travaux, je m’engage pour qu’il n’y ait pas rupture des activités du Pouce Vert dans la mesure des contraintes techniques » a réaffirmé Monsieur le Maire plusieurs fois depuis 2013.
Et pourtant, la fermeture du jardin partagé est désormais annoncée pour avril 2016. Il ne devrait réouvrir qu’en novembre 2017… si tout se déroule comme prévu …
Telle est la décision de la municipalité rapportée par l’association du Pouce vert à l’issue d’une réunion le 16 novembre.
Beaucoup de mots ont été prononcés par la Ville depuis début 2013 sur le réaménagement de l’ilot Danton ; des « ateliers urbains » ont été organisés pour que nous – la population – disions ce que nous voulions ; beaucoup voulaient que le jardin continue de fonctionner pendant les travaux. Et, au bout du compte, il ferme…. Alors, à quoi bon ces ateliers, que reste-t-il des souhaits des associations et riverains qui s’y sont exprimés ?
Nous aurait-on menti ? C’est comme ça que les mots deviennent des maux.

Continuer la lecture

De vieilles pompes si confortables…

Démocratie et représentation locale
Démocratie et représentation locale

Les résultats des régionales étaient encore tout chauds. Le deuxième tour datait d’à peine 24 heures. Main sur le cœur et voix émue, les dirigeants politiques, notamment ceux du PS, s’étaient relayés pour clamer qu’après une telle secousse (l’abstention, les scores du FN, l’absence complète de la gauche dans deux régions…), il était temps de revoir de fond en comble des pratiques politiques aussi durement sanctionnées. Continuer la lecture

La police traite les militants du climat comme des terroristes

Le magazine Reporterre revient sur la perquisition effectuée il y a quelques jours Rue Baudin par les forces de l’ordre. Où l’on apprend que cette opération a mobilisé pas moins de 250 policiers, 27 camions de CRS, un bus, et deux véhicules de déminage…

Le pre squat

Vendredi 27 novembre, l’Annexe, un squat du Pré-Saint-Gervais, en région parisienne, a été perquisitionné par plus d’une centaine de membres des forces de l’ordre. À 8 heures, le quartier entourant la rue Baudin a été entièrement bouclé. « Nous avons compté 250 policiers, 27 camions de CRS, un bus, et deux véhicules de déminage », indique Roch, un habitant du squat. À 8 h 15, l’assaut a été donné. Une partie des hommes, affublés de casques et de boucliers, sont montés sur le toit de l’immeuble de deux étages, tandis qu’une autre équipe a forcé à la porte d’entrée. « Une fois à l’intérieur, les policiers ont mis en joue les occupants de la maison avec leurs mitraillettes,poursuit Roch. Certains ont été plaqués au sol pendant une vingtaine de minutes. »

Les 34 occupants ont été regroupés dans le salon pendant que les policiers fouillaient les différentes chambres et ateliers du bâtiment. « De toute façon, c’est déjà sale et mal rangé », aurait lancé un membre des forces de l’ordre. Un autre se serait emparé d’un masque de soudure trouvé sur place et, après l’avoir enfilé, aurait crié : « Je suis ton père », singeant le film Star Wars

… Les occupants se défendent d’appartenir à ces mouvances. D’après eux, l’annexe est un lieu communautaire, qui a été autorisé par le propriétaire des locaux. Des artistes, notamment le collectif Eroles Project, et des activistes y préparent la COP 21, « avec des méthodes non violentes », nous ont précisé plusieurs habitants. Les éléments de décor de la Zone action climat, un grand événement de la société civile qui se tiendra au 104 du 7 au 11 décembre, y ont notamment été fabriqués. Rien de très dangereux. Les policiers sont d’ailleurs repartis les mains vides, comme l’atteste le procès verbal remis aux occupants de l’Annexe.

>>> Lire la suite sur le site de Reporterre

La vraie raison pour laquelle nous avons été privés de 2e tour

Voici la réponse de Serge Volkoff, conseiller municipal A gauche autrement, à l’intervention du maire affirmant en conseil municipal du 31 mars 2015 que  l’accord passé entre PS et PC avait permis de maintenir le département à gauche.

« La déclaration que nous avons lue était une explication de vote, mais compte tenu de la réponse que l’on vient d’entendre,  nous voulons  préciser les choses.

Vous pouvez tenter de convaincre les citoyens qu’il fallait absolument n’avoir qu’une liste au second tour dans ce canton pour conserver une majorité de gauche au Conseil départemental, mais avec un peu de sens civique, ou même un peu de bon sens, on voit bien que ce n’est pas le cas.

Quand un candidat de gauche, éliminé, appelle à voter pour un autre qui est qualifié, les électeurs ont le choix de suivre cette consigne ou non ; et puis cela peut réellement aider à devancer la droite au second tour. Mais quand un candidat de gauche, arrivé deuxième avec une trentaine de points de moins que celui qui est en tête,  est poussé à se retirer, ça prive les électeurs (tous les électeurs) de choix, et ça ne change rien du tout au résultat.

Et donc il faut comprendre quelle est la vraie raison pour laquelle nous avons été privés de deuxième tour, et les électeurs avec nous. Cette raison, on peut la trouver dans les propos de Claude Bartolone, qui a eu en février cette formule très médiatisée : « en France il n’y a pas d’avenir à gauche du PS ». C’était présenté comme un constat, peut-être un pronostic. Mais nous pensons qu’on peut considérer cela comme un souhait, et même un objectif : « il ne faut pas qu’il y ait d’avenir à gauche du PS, et nous, parti socialiste, nous y travaillons ».

C’est cohérent : quand on ne mène pas une politique de gauche sociale écologiste et citoyenne, on va seulement veiller à « se border à gauche ». On fait tout pour que les forces alternatives fassent certes un peu d’audience (on en a besoin pour les seconds tours), mais pas trop, et pas ensemble.  Et surtout pas, justement, quand la droite n’est plus là et que l’appel au vote utile ne va pas marcher. Et donc, cette gauche sociale, écologiste et citoyenne, si elle est 3ème ou 4ème elle ne va pas au second tour. Et si elle fait 2ème, eh bien, pas non plus.

Tout cela ne fait pas un projet politique, mais au moins, disons, une stratégie de subsistance électorale, même au prix de l’écœurement chez une partie des citoyens. Après quoi on peut toujours afficher que l’on a « rassemblé à gauche », alors que dans la vraie vie ce n’est pas un rassemblement, et pas à gauche non plus.

Elections départementales : déni de démocratie

Election départementale Pré-saint-Gervais
Election départementale Pré-saint-Gervais

 

Voici l’intervention de nos élus A Gauche autrement en conseil municipal, au lendemain du second tour de l’élection départementale au Pré-Saint-Gervais où seule la liste PS était présente.

« Nous voulons faire part de notre intention de ne participer à aucun vote au cours de cette séance du Conseil municipal. Nous assisterons à ce Conseil au côté des citoyens présents et demandons à être comptés comme ne prenant pas part aux votes.

En effet, nous jugeons impossible de mener un débat démocratique au lendemain même d’un second tour d’élection départementale où l’expression de la liste que nous avons soutenue, l’expression des électeurs qui se sont prononcés en sa faveur ou s’apprêtaient à le faire, ont été confisquées au terme d’un arrangement entre partis à l’échelle de la Seine-Saint-Denis. Cet arrangement s’est traduit par la présence d’une liste unique au second tour, celle du Parti socialiste, alors même que ni la droite ni le Front national ne pouvaient se maintenir sur notre canton. Cet épisode a toutes chances de favoriser encore l’abstention à l’avenir, car bien des électeurs ont eu le sentiment de participer à un simulacre et non à des élections démocratiques. Nous avons mené campagne au nom d’une gauche sociale, écologiste et citoyenne. En ce qui concerne la citoyenneté, ce qui vient de se produire apporte à nouveau la preuve qu’une autre façon de faire en politique est nécessaire. »