Archives pour l'étiquette Conseil municipal

L’habitat indigne au conseil municipal

Habitat indigneLe 21 novembre, une convention contre l’habitat indigne au Pré était soumise au vote. Elle prévoit d’intégrer une nouvelle adresse dans le projet, la copropriété du 41 rue Charles Nodier. En revanche, le projet initial intégrait la réhabilitation de deux autres adresses qui, elles, disparaissent, du fait de l’engagement de recours de propriétaires (rue Soyer) et d’une parcelle rue Gabriel Péri. La disparition de ces adresses prévues dans le plan initial en coûtera néanmoins une prime relativement importante à la ville qu’il lui appartiendra de négocier. Nous avons voté pour.

Plus de pouvoirs au maire et moins au conseil municipal

 

Appel d'offres

Une nouvelle loi permet désormais à la ville de ne plus passer par la commission d’appel d’offres pour les marchés dits « spécifiques ». Or il s’agit de marchés importants qui concernent : la restauration, le  périscolaire, les prestations sociales, les marchés de services juridiques, les séjours des enfants et adolescents, et les classes transplantées.
Dans une logique que la loi qualifie d' »assouplissement », le maire dispose désormais d’une délégation pour prendre les décisions en la matière. Magnanime, ce dernier a décidé de maintenir la CAO à titre consultatif pour ces marchés, en y invitant le maire-adjoint et les élus concernés par ces marchés.
Autrement dit, pas les élus hors majorité. Au conseil municipal du 21 novembre 2016, nous avons voté contre ce point, Il contribue à dessaisir un peu plus les élus de la ville de la marche des affaires qui la concernent.

Le dossier Busso à l’ordre du jour du prochain conseil municipal

La réunion du prochain Conseil municipal du Pré Saint Gervais se tiendra ce lundi 27 juin 2016 à 19h30.

Les élus A Gauche Autrement ont mis à l’ordre du jour le devenir des terrains des anciennes Salaisons Busso.  Nous avons consacré un dossier complet à cette affaire il y a quelques jours.
A lire ici.busso Voici la question publique posée par les élus d’A Gauche Autrement à la majorité municipale.

Les terrains des anciennes Salaisons Busso sont sur le point d’être vendus par un propriétaire privé à un promoteur dont le projet est la construction de 5 immeubles de logement, ainsi qu’un équipement sportif municipal d’au moins 250 places assises.

L’équipement public répond à une obligation du PLU, le choix d’un équipement sportif relève du choix de la municipalité.

« Compte tenu des difficultés que crée la grande densité de population dans la commune du Pré Saint-Gervais (au 3ème rang en France), des gros problèmes de circulation dans la rue principale, du manque d’espaces verts, de la saturation des équipements scolaires, nous souhaitons savoir comment la majorité municipale entend mettre en œuvre, sur ce dossier, son engagement de 2014 : « maîtriser l’évolution urbaine », et comment elle entend au moins faire en sorte que ce projet soit présenté aux habitants du quartier avant qu’il ne soit entièrement bouclé. »

Si vous voulez entendre la réponse du maire, rendez-vous lundi soir à partir de 19h30 en mairie. Il faut rappeler que tout citoyen-ne peut assister librement aux réunions du Conseil Municipal de sa commune.

Jardin partagé : la réponse de la majorité municipale

Le pouce vert
Le Pouce vet : jardin partagé

On pourra toujours patauger dans la mare… Très résumé, voici l’essentiel de la réponse des maires-adjoints aux questions posées par les élus d’aga que nous avions relayées dans notre blog.

Lors du conseil municipal du 8 février, nous avons posé quelques questions précises. Continuer la lecture

Les élus A Gauche Autrement interpellent la mairie au sujet du jardin partagé

A l’occasion du conseil municipal du Pré Saint Gervais qui doit avoir lieu ce lundi, les élus du groupe A Gauche Autrement ont décidé de soumettre la question suivante à l’ordre du jour du conseil.

Sauvons le pouce vert

Questions à propos du devenir du Jardin partagé et du projet de l’ilôt Danton

L’association Le Pouce vert a appris récemment la fermeture du jardin partagé durant la période des travaux prévus, et ce à compter du 30 mars 2016.

Question : Nous souhaitons que l’ensemble des points exposés ci-dessous soient éclaircis.

Depuis la création du jardin partagé, plusieurs conventions ont été signées, puis prolongées entre la municipalité et l’association, donnant lieu à de nombreux échanges. Le projet Danton a donné lieu à plusieurs séances d’échanges au cours desquelles les riverains intéressés ont pu faire part de leur point de vue… sur les grandes lignes du projet. Sans pour autant avoir la garantie de voir leur avis pris en compte, puisque le projet définitif, ni même provisoire ne leur a été présenté. C’est une des limites que nous avons souvent dénoncées des séances baptisées « concertation », alors qu’il s’agit d’ « information « .

Aujourd’hui, alors que le projet semble définitif, plusieurs points posent problème. Notons bien qu’il s’agit là uniquement des points sur lesquels la municipalité a bien voulu communiquer, puisque pour le reste, les habitants, comme l’association du Pouce vert ou les élus, sont contraints de se contenter des informations… de trottoir.

L’interruption du fonctionnement du jardin pendant la durée des travaux : l’association, dès les premiers ateliers, avait fait part de son souhait de maintenir l’activité du jardin durant les travaux, sachant qu’une interruption durant plus d’un an équivaudrait à l’arrêt de ses activités. Nous demandons, en soutien à l’activité du Pouce vert, à ce qu’une solution soit envisagée pour maintenir une activité pédagogique pour la jeunesse, même réduite, autour de la marre, de la terre et des plantations et pas uniquement la mare elle-même, comme le propose votre 4 pages

La définition du jardin entre espace public et jardin partagé. L’évocation d’un espace cogéré (dans votre » 4 pages) ne va pas sans problème : Quel espace serait concerné par cette cogestion : le jardin association ? Le jardin public ? les deux ? Comment le règlement intérieur prévu pour le jardin associatif s’appliquera-t-il s’il n’y a pas de séparation étanche entre les deux espaces ? Qui préserve quoi ? Les horaires d’ouverture de la partie publique donneraient donc accès à la partie associative en l’absence de ses membres ? Qui pour s’assurer du respect des plantations ?

jardin

Mise à disposition d’un éco animateur : là aussi, si son arrivée va dans le bon sens, des questions se posent sur le périmètre de sa fonction et sur les responsabilités qui seront les siennes.

Enfin, ce quatre pages diffusé largement dans les boites à lettres des habitants avance des arguments à sens unique en faveur de la démolition du jardin actuel :

  • La pollution des sols(page 4) alors que celle-ci apparaissait comme négligeable au début des constats 
  • Le dénivelé qui n’est pas un argument !: on fait une rampe à un endroit si on veut permettre l’accès aux fauteuils)  
  • La place nécessaire pour les travaux nécessitant d’occuper l’espace jardin : il y a des solutions trouvées dans Paris bien dense, alors que future place jean-jaurès libérera de l’espace
  • La dalle qui doit être cassée : on peut aussi mettre de la terre par-dessus et planter des variétés à petites racines.

Enfin, nous sommes dans le flou concernant le reste du projet, qu’il s’agisse de l’immeuble qui sera construit et de ses qualités environnementales, ainsi que de l’ensemble des aménagements urbains prévus sur la rue environnante.

—-

La réponse de la majorité municipale ? Ce lundi à partir de 20h à la mairie pour le conseil municipal. La séance est publique.

A suivre également ici sur le blog. Abonnez-vous à la newsletter comme cela vous serez certains de ne rien rater.

Faisons du bruit pour le Pouce Vert samedi 6 Février!

La résistance s’organise. Les amis du pouce vert, le jardin partagé du Pré Saint Gervais appellent à une marche concert ce samedi 6 février à 11h.

A Gauche Autrement se joint et soutien cet appel. Les élus A Gauche Autrement interpelleront la majorité municipale à ce sujet lors du prochain conseil municipal.

Voici l’appel des amis du Pouce Vert pour samedi.

LOGO180x170Chers amis 

Merci à vous tous pour votre soutien au jardin partagé !

Pour dire NON à la destruction de 8 ans de biodiversité et dire OUI à la sauvegarde du jardin vivant !

Venez avec nous faire du tintamarre 

samedi matin 6 février à la marche-concert

avec vos instruments, vos sifflets et vos casseroles !
Rendez vous 11:00 au jardin direction marché et mairie !

Puis retour au jardin : on partagera la soupe et le vin chaud. Apportez une bricole à grignoter.

Le jardin vous le rendra !

L’équipe du Pouce vert jardin partagé du Pré-Saint-Gervais

pouce vert

Contact:
lepoucevert@laposte.net
Le blog

De vieilles pompes si confortables…

Démocratie et représentation locale
Démocratie et représentation locale

Les résultats des régionales étaient encore tout chauds. Le deuxième tour datait d’à peine 24 heures. Main sur le cœur et voix émue, les dirigeants politiques, notamment ceux du PS, s’étaient relayés pour clamer qu’après une telle secousse (l’abstention, les scores du FN, l’absence complète de la gauche dans deux régions…), il était temps de revoir de fond en comble des pratiques politiques aussi durement sanctionnées. Continuer la lecture

12 ans : le bon âge pour acquérir l’esprit d’entreprise ?

Au conseil municipal du 25 mai, la majorité  municipale a soumis au vote la création d’une bourse aux projets pour les jeunes Gervaisiens âgés de 11 à 25 ans.

A Gauche Autrement
Elus A gauche autrement

Stéphane Commun, maire-adjoint en charge du Sport, de la Jeunesse et de l’Insertion a expliqué : « La bourse aux projets a vocation à soutenir et valoriser les initiatives des jeunes âgés de 11 à 25 ans, afin de leur apprendre à assumer des responsabilités et de les rendre autonomes, tout en les faisant participer activement à la vie citoyenne […] Cette bourse a pour objectifs d’aider à l’émergence de projets innovants à vocation sportive, culturelle, sociale, humanitaire ou environnementale, mais aussi de donner aux jeunes toutes les chances de mener à bien leurs projets. Dans ce cadre, la ville du Pré-Saint-Gervais souhaite allouer une aide financière permettant aux jeunes de réaliser ces projets. »

Les critères de candidature à cette bourse sont simples :

  • avoir un projet individuel ou collectif
  • avoir au moins 1 membre du groupe habitant ou scolarisé au Pré
  • s’engager à faire un retour sur son projet
  • l’objet du projet proposé doit recouvrir un caractère innovant, de découverte dans le domaine sportif, culturel, social, humanitaire, ou environnemental.

Pour la tranche d’âge 11-17 ans, une autorisation parentale est obligatoire.

Nous notons aussi que « les animateurs du service jeunesse du Pré-St-Gervais proposeront leurs conseils aux jeunes  afin de les aider à formaliser leurs projets, à établir le budget prévisionnel et éventuellement les orienter vers des dispositifs départementaux d’aide aux projets jeunes. »

Enfin, le jury qui va choisir les heureux élus est composé de :

  • l’élu à la jeunesse et aux sports
  • la directrice du service jeunesse
  • un animateur de service jeunesse autre que celui qui a accompagné le montage du projet
  • Un jeune ou un parent

Bon, l’idée est fort sympathique, dans son principe. Pour une fois qu’une initiative s’intéresse aux jeunes de notre ville, on ne va pas s’y opposer… en tout cas pas totalement. Mais pourtant, cette mesure nous a paru peu satisfaisante….

 

D’abord, ce dispositif ne nous semble pas adapté à la tranche d’âge 11- 15 ans. L’élaboration d’un projet, de son budget, sa rédaction correspond-elle vraiment au fonctionnement de cette tranche d’âge ? Peut-on imaginer qu’un « encore-enfant » de 12 ans, sans l’aide de parents compétents dans le domaine, soit réellement en mesure de proposer un projet innovant et d’en construire le dossier ?  A défaut, avec l’aide des animateurs jeunesse ?

Nous, élus d’A gauche autrement, aurions plus volontiers mis une partie de ces moyens au service des associations qui travaillent régulièrement dans l’accompagnement de cette tranche d’âge. Y a-t-il un tel besoin d’insuffler l’esprit d’entreprise à des jeunes de 12 ans ?

Cette mesure sera dotée d’une enveloppe globale de 10 000 euros par  an (!), et chaque projet retenu se verra attribuer 1  000 euros maximum.  Cela fait peu. Pour nous, c’est trop peu pour favoriser de véritables projets innovants qui nécessiteraient de s’inscrire sur une durée assez longue (plusieurs années)..

Et nous aurions préféré que l’argent public aille à  des projets à destination du plus grand nombre, et non pas à des projets de petits groupes ou d’individus, comme c’est le cas ici.

Enfin,  nous aurions souhaité à minima que  le jury d’attribution de ces bourses ne soit pas cantonné à la seule majorité municipale. Soulevé pendant le Conseil, ce problème n’a donné lieu à aucune réponse satisfaisante. Or pour bien connaître le fonctionnement habituel dans notre ville, on peut prédire que la  mise en œuvre de cette bourse, telle qu’elle se met en place, favorisera les jeunes qui bénéficient de l’aide de leur milieu ou de leurs parents, ceux qui fréquentent le service jeunesse et sont bien connus des élus majoritaires et des services de notre bourgade. Alors, cherche-t-on à utiliser ces fonds pour offrir à la jeunesse du Pré de nouvelles perspectives, ou pour consolider un réseau de fidèles ?

La vraie raison pour laquelle nous avons été privés de 2e tour

Voici la réponse de Serge Volkoff, conseiller municipal A gauche autrement, à l’intervention du maire affirmant en conseil municipal du 31 mars 2015 que  l’accord passé entre PS et PC avait permis de maintenir le département à gauche.

« La déclaration que nous avons lue était une explication de vote, mais compte tenu de la réponse que l’on vient d’entendre,  nous voulons  préciser les choses.

Vous pouvez tenter de convaincre les citoyens qu’il fallait absolument n’avoir qu’une liste au second tour dans ce canton pour conserver une majorité de gauche au Conseil départemental, mais avec un peu de sens civique, ou même un peu de bon sens, on voit bien que ce n’est pas le cas.

Quand un candidat de gauche, éliminé, appelle à voter pour un autre qui est qualifié, les électeurs ont le choix de suivre cette consigne ou non ; et puis cela peut réellement aider à devancer la droite au second tour. Mais quand un candidat de gauche, arrivé deuxième avec une trentaine de points de moins que celui qui est en tête,  est poussé à se retirer, ça prive les électeurs (tous les électeurs) de choix, et ça ne change rien du tout au résultat.

Et donc il faut comprendre quelle est la vraie raison pour laquelle nous avons été privés de deuxième tour, et les électeurs avec nous. Cette raison, on peut la trouver dans les propos de Claude Bartolone, qui a eu en février cette formule très médiatisée : « en France il n’y a pas d’avenir à gauche du PS ». C’était présenté comme un constat, peut-être un pronostic. Mais nous pensons qu’on peut considérer cela comme un souhait, et même un objectif : « il ne faut pas qu’il y ait d’avenir à gauche du PS, et nous, parti socialiste, nous y travaillons ».

C’est cohérent : quand on ne mène pas une politique de gauche sociale écologiste et citoyenne, on va seulement veiller à « se border à gauche ». On fait tout pour que les forces alternatives fassent certes un peu d’audience (on en a besoin pour les seconds tours), mais pas trop, et pas ensemble.  Et surtout pas, justement, quand la droite n’est plus là et que l’appel au vote utile ne va pas marcher. Et donc, cette gauche sociale, écologiste et citoyenne, si elle est 3ème ou 4ème elle ne va pas au second tour. Et si elle fait 2ème, eh bien, pas non plus.

Tout cela ne fait pas un projet politique, mais au moins, disons, une stratégie de subsistance électorale, même au prix de l’écœurement chez une partie des citoyens. Après quoi on peut toujours afficher que l’on a « rassemblé à gauche », alors que dans la vraie vie ce n’est pas un rassemblement, et pas à gauche non plus.

Elections départementales : déni de démocratie

Election départementale Pré-saint-Gervais
Election départementale Pré-saint-Gervais

 

Voici l’intervention de nos élus A Gauche autrement en conseil municipal, au lendemain du second tour de l’élection départementale au Pré-Saint-Gervais où seule la liste PS était présente.

« Nous voulons faire part de notre intention de ne participer à aucun vote au cours de cette séance du Conseil municipal. Nous assisterons à ce Conseil au côté des citoyens présents et demandons à être comptés comme ne prenant pas part aux votes.

En effet, nous jugeons impossible de mener un débat démocratique au lendemain même d’un second tour d’élection départementale où l’expression de la liste que nous avons soutenue, l’expression des électeurs qui se sont prononcés en sa faveur ou s’apprêtaient à le faire, ont été confisquées au terme d’un arrangement entre partis à l’échelle de la Seine-Saint-Denis. Cet arrangement s’est traduit par la présence d’une liste unique au second tour, celle du Parti socialiste, alors même que ni la droite ni le Front national ne pouvaient se maintenir sur notre canton. Cet épisode a toutes chances de favoriser encore l’abstention à l’avenir, car bien des électeurs ont eu le sentiment de participer à un simulacre et non à des élections démocratiques. Nous avons mené campagne au nom d’une gauche sociale, écologiste et citoyenne. En ce qui concerne la citoyenneté, ce qui vient de se produire apporte à nouveau la preuve qu’une autre façon de faire en politique est nécessaire. »