Archives pour la catégorie La Lorgnette

La Municipalité aime – t – elle-les arbres ?

P1020514Les enfants le croiront peut-être Samedi 17 janvier à la p’tite Criée en assistant à la séance ciné-lecture-concert « L’homme qui plantait des arbres » (inspiré de Jean Giono). Mais la Ville en plante-t-elle (à part quelques jeunes plants en remplacement d’arbres abattus) ?  Aime-t-elle le Vert notre Municipalité ? on en doute quand on sait qu’elle a décidé de fermer un jardin pour pouvoir (im)planter une grue ? d’autres Villes n’ont pas cette possibilité et trouvent d’autres solutions.

Pendant ce temps la majorité envoie des vœux accompagnés de petites graines à faire germer. Pendant ce temps la future manifestation du printemps est labellisée « la ville est un jardin ». Car le Pré  est « la ville où poussent les grandes idées » …..

Au Pré on fait de l’immobilier, pas de l’urbanisme

Au carrefour du monument aux morts, des arbres veillaient (Paulownias).

Ils vont disparaître en même temps que les travaux de démolition commenceront sur le site qui leur avait permis de grandir. Avec eux, d’autres ornements de verdure disparaîtront.P1040193 En effet, vous avez peut-être vu que « Le Clos Gabriel » va s’élever à la place des constructions existantes aujourd’hui. Regardez d’un peu près la photo. L’Etablissement Public Foncier d’Ile de France, la ville du Pré-Saint-Gervais sont partenaires du Groupe Solendi qui construit pour 3F.

Cela veut dire que – non seulement – la Ville a donné son accord à cette construction par l’approbation d’un permis de construire, mais qu’elle en est en quelque sorte partenaire. On ne peut s’opposer à la construction de logements, qui de plus devraient être en accession sociale à la propriété. On s’interroge seulement sur la manière dont ces décisions sont prises, sur la qualité des propositions (qualité de la construction, de l’aménagement, pourquoi n’y-a-t-il pas des équipements en énergie propre, etc), sur la définition des hauteurs (la place ne risque-t-elle pas d’être écrasée ? par le R + 4), sur le non alignement avec l’immeuble voisin (qui laisse donc un bel emplacement ………….. publicitaire ?).

Bien-être, jeunesse et vitalité : le nouveau tournant de Bartolone ?

On croyait tous que Claude Bartolone se portait candidat à la présidence de la Région Ile-de-France en décembre… Eh bien, on a peut-être mal compris : dans ses tracts, il nous invite à donner notre avis sur ses 3 axes de campagne : « Bien-être ; Jeunesse ; Vitalité »… S’apprêterait-il à créer… un club de Fitness ?

fitness

De la part d’un candidat socialiste, on aurait aimé lire : emploi, logement, précarité, pouvoir d’achat, sécurité, développement durable… ça ne manque pas !!

Une réponse du Père Noël !

Chers messieurs-dames d’à Gauche Autrement,

pour que vous ne pestiez pas contre votre bureau de poste en croyant que votre lettre ne m’est pas parvenue, j’y réponds. Cette lettre, je l’ai bien reçue, et si je ne vous ai rien apporté de ce que vous demandiez, c’est que j’en ai décidé ainsi. Vos vœux étaient impossibles à réaliser, ou contraires à mes propres valeurs. Ou les deux en même temps.

le père noël du pré saint gervais
le père noël du pré saint gervais

Vous m’avez demandé de l’écologie. Je n’aime pas trop ça. En particulier, je n’aime pas du tout l’idée d’économies d’énergie. Je tiens beaucoup à ce que les millions d’i-phones, de tablettes, de jeux électroniques, que j’ai livrés la nuit du 24 décembre, continuent de dépenser les millions de kilowatts dont ils ont besoin. Quant à votre idée farfelue d’avoir dans vos communes une distribution d’eau maîtrisée grâce à un système de régie, j’y suis très hostile : ayant moi-même été créé par Coca-Cola il y a plus d’un siècle, j’ai à cœur l’intérêt financier des multinationales. Que Veolia continue à faire de gros profits en gonflant vos factures d’eau, c’est la moindre des choses Continuer la lecture

Les plumés de l’austérité se rebiffent

A gauche Autrement signe l’appel des plumés de l’austérité.
11 milliards de dotations d’Etat en moins, d’ici 2017. Cette coupe dans les budgets des collectivités locales, est d’une gravité exceptionnelle. 

plumes

Nous citoyen-ne-s, nous subissons déjà l’austérité dans tous les domaines. La coupe déborde. Nous refusons d’être les plumés de l’austérité ! Continuer la lecture

Vivre la Ville … Ensemble

DSC01266

Eau : revenir en régie publique pour mieux gérer l’eau et en maîtriser le prix.

Logement : lutter contre la spéculation foncière et limiter la hausse des loyers sociaux

Ecole : Anticiper l’avenir : de la place pour les enfants, et de nouveaux locaux dédiés aux activités extra ou périscolaires

Petite enfance : augmenter le nombre de places offertes et développer les différents modes de garde pour répondre aux besoins

Santé : Développer et soutenir un réseau de santé cohérent, dynamique et accessible à tous pour lutter contre la désertification médicale.

Aménagements urbains: Plus et plus vite : des aménagements de trottoirs et de voie publique pour les rendre accessibles aux personnes à mobilité réduite.

Bien vieillir : soutenir des services d’aide adaptés, et lutter contre la mainmise du marché sur les maisons de retraite.

Sécurité : Garantir le droit à la sécurité pour tous par des effectifs adaptés de police nationale et la mise en place d’éducateurs spécialisés.

Impôts locaux : Ils ne sont pas seulement une dépense, mais aussi une ressource… qui permet de lutter pour plus d’égalité.

 

Eté 2014 : punis de Velib’ !

Pas de chance pour ceux qui sont restés au Pré-Saint-Gervais cet été… Et encore moins pour les mêmes qui s’étaient abonnés à Vélib’. Le week-end du 14 juillet, pas un Velib’ en vue dans la moindre station de la ville. Ceux qui n’avaient pas pris la peine de consulter le site internet de la société avant de venir au Pré ce week-end-là en ont été quittes pour retourner garer leur vélo à la station du métro Hoche.

Vide !
Vide !

Pourquoi les usagers de Velib’ de proche banlieue sont-ils systématiquement pénalisés : les stations sont moins fréquemment alimentées qu’à Paris et il n’est pas rare de se retrouver bredouilles au moment d’emprunter un vélo.

Il est vrai que les dégradations commises sur les vélos sont nombreuses. Pour éviter de voir les vélos partir en fumée ce week-end-là, la société a procédé à la fermeture préventive des stations. Ensuite, la Ville a également demandé la fermeture de la station Pépin.

Et voilà comment les abonnés (et les emprunteurs occasionnels) subissent une double peine : ils payent mais sont punis de Velib’ en été… n’ayant d’autre choix que de se tourner vers les transports en commun à la fréquence diminuée  en cette période de l’année.

Quelques suggestions :

  1. Consulter les habitants avant d’installer les stations de Vélib’ dans des lieux particulièrement exposés (à la sortie du collège, par exemple). Du coup, la station est fermée… pratiquement depuis son ouverture !
  2. Exiger de Vélib’ de  cesser de faire des économies sur le dos de ses abonnés.
  3. Organiser auprès des jeunes des séances de sensibilisation au respect du mobilier urbain et des vélos.
  4. Et puis… les ASVP pourraient de temps à autre intervenir pour faire respecter ce service à la disposition de tous… avant que la société Velib’ prenne les devants en fermant définitivement les stations de la ville.