Archives de catégorie : L’Actu

{Invitation} Une ville pour tous, écologique et solidaire ?

A Gauche Autrement vous invite à une réunion publique sur « Le pouvoir Urbain » le mercredi 23 septembre à 20h30 Salle Danton. 19 Rue Danton au Pré Saint Gervais.

Depuis le milieu du XXème siècle nos villes se sont étendues selon une prolifération de zones spécialisées, de toutes natures et de tous acabits.

 Nos centres – villes ont dépéri.

 Nos territoires urbanisés se sont enlaidis et déstructurés.

 Cette catastrophe était – elle évitable ? Oui ! Et pourtant elle se poursuit, y compris en banlieue parisienne, où le Grand Paris est parti sur de fort mauvaises bases.

  Quelles sont les origines des énormes carences de notre urbanisme ? Quels en sont les responsables ? Comment  un pouvoir citoyen peut faire autrement : une ville pour tous, écologique et solidaire ? Le Grand Paris est-il parti sur de bonnes bases ?

Marc Huret

Quelques unes des questions que nous nous poserons en compagnie de Marc Huret* auteur d’un « Essai sur le pouvoir urbain – propos d’un urbaniste atterré, propositions d’un urbanisme citoyen » qui ouvrira le débat.

*Marc Huret, ancien élu d’ AGA et maire-adjoint au Pré-Saint-Gervais, est un praticien du projet urbain et du projet de ville. Il a notamment travaillé à la requalification de centres – villes et de quartiers HLM dégradés et au redéploiement du commerce à l’échelle d’intercommunalités. 

Rendez-vous mercredi 23 septembre à 20h30 Salle Danton. 19 Rue Danton au Pré Saint Gervais. Entrée Libre.

Contre l’austérité et l’injustice sociale en Grèce et en Europe

En Grèce et dans de nombreux pays, l’Europe de l’austérité bafoue
les droits fondamentaux des populations et la démocratie pour protéger les intérêts financiers. Elle érige des murs à ses frontières et provoque ainsi de terribles catastrophes humaines. Aujourd’hui, l’Union européenne tente de faire plier la Grèce, d’étouffer les voix qui proposent une autre Europe, celle de la dignité, de la solidarité, de la justice sociale.

A l’appel de nombreuses personnalités et d’associations dont le collectif pour un audit citoyen de la dette et Attac, une semaine d’actions, de débats et de rassemblements se tiendront partout en France du 20 au 27 juin.

grece

Le coup d’envoi sera donné demain par une manifestation organisée au départ de Stalingrad à 15h en direction de République, où des festivités et débats seront organisés. Soyons nombreux ! Le même jour, des manifestations se tiendront à Londres, Berlin, Rome et dans de nombreuses autres villes en Europe et en France…

Une semaine pour informer les citoyens sur les bobards médiatiques de ces dernières semaines sur la Grèce. Comme ces trois idées reçus sur lesquelles revient cette vidéo produite par ATTAC.

A consulter aussi le rapport préliminaire de la Commission pour la vérité sur la dette grecque qui a été rendu public mercredi 17 juin à Athènes, en présence des plus hautes autorités grecques. Il sera bientôt mis en ligne. Première analyse en français disponible ici.

D’autres informations sur le site du Collectif pour un audit citoyen de la dette.

La playlist des 20 ans d’A Gauche Autrement

A Gauche Autrement fêtait hier soir ses 20 ans d’existence à la maison des associations du Pré Saint Gervais.

A gauche autrement

Pour préparer la soirée, on avait demandé aux membres d’ A Gauche Autrement de choisir trois ou quatre titres musicaux pour établir une playlist musicale pour la soirée.

Le résultat ressemble à AGA. Dynamique, unique, iconoclaste, inventive, non conformiste, métissée, créatrice, dérangeante… :)

A suivre les voeux d’A Gauche Autrement pour les 20 ans à venir.
Bon anniversaire.

12 ans : le bon âge pour acquérir l’esprit d’entreprise ?

Au conseil municipal du 25 mai, la majorité  municipale a soumis au vote la création d’une bourse aux projets pour les jeunes Gervaisiens âgés de 11 à 25 ans.

A Gauche Autrement
Elus A gauche autrement

Stéphane Commun, maire-adjoint en charge du Sport, de la Jeunesse et de l’Insertion a expliqué : « La bourse aux projets a vocation à soutenir et valoriser les initiatives des jeunes âgés de 11 à 25 ans, afin de leur apprendre à assumer des responsabilités et de les rendre autonomes, tout en les faisant participer activement à la vie citoyenne […] Cette bourse a pour objectifs d’aider à l’émergence de projets innovants à vocation sportive, culturelle, sociale, humanitaire ou environnementale, mais aussi de donner aux jeunes toutes les chances de mener à bien leurs projets. Dans ce cadre, la ville du Pré-Saint-Gervais souhaite allouer une aide financière permettant aux jeunes de réaliser ces projets. »

Les critères de candidature à cette bourse sont simples :

  • avoir un projet individuel ou collectif
  • avoir au moins 1 membre du groupe habitant ou scolarisé au Pré
  • s’engager à faire un retour sur son projet
  • l’objet du projet proposé doit recouvrir un caractère innovant, de découverte dans le domaine sportif, culturel, social, humanitaire, ou environnemental.

Pour la tranche d’âge 11-17 ans, une autorisation parentale est obligatoire.

Nous notons aussi que « les animateurs du service jeunesse du Pré-St-Gervais proposeront leurs conseils aux jeunes  afin de les aider à formaliser leurs projets, à établir le budget prévisionnel et éventuellement les orienter vers des dispositifs départementaux d’aide aux projets jeunes. »

Enfin, le jury qui va choisir les heureux élus est composé de :

  • l’élu à la jeunesse et aux sports
  • la directrice du service jeunesse
  • un animateur de service jeunesse autre que celui qui a accompagné le montage du projet
  • Un jeune ou un parent

Bon, l’idée est fort sympathique, dans son principe. Pour une fois qu’une initiative s’intéresse aux jeunes de notre ville, on ne va pas s’y opposer… en tout cas pas totalement. Mais pourtant, cette mesure nous a paru peu satisfaisante….

 

D’abord, ce dispositif ne nous semble pas adapté à la tranche d’âge 11- 15 ans. L’élaboration d’un projet, de son budget, sa rédaction correspond-elle vraiment au fonctionnement de cette tranche d’âge ? Peut-on imaginer qu’un « encore-enfant » de 12 ans, sans l’aide de parents compétents dans le domaine, soit réellement en mesure de proposer un projet innovant et d’en construire le dossier ?  A défaut, avec l’aide des animateurs jeunesse ?

Nous, élus d’A gauche autrement, aurions plus volontiers mis une partie de ces moyens au service des associations qui travaillent régulièrement dans l’accompagnement de cette tranche d’âge. Y a-t-il un tel besoin d’insuffler l’esprit d’entreprise à des jeunes de 12 ans ?

Cette mesure sera dotée d’une enveloppe globale de 10 000 euros par  an (!), et chaque projet retenu se verra attribuer 1  000 euros maximum.  Cela fait peu. Pour nous, c’est trop peu pour favoriser de véritables projets innovants qui nécessiteraient de s’inscrire sur une durée assez longue (plusieurs années)..

Et nous aurions préféré que l’argent public aille à  des projets à destination du plus grand nombre, et non pas à des projets de petits groupes ou d’individus, comme c’est le cas ici.

Enfin,  nous aurions souhaité à minima que  le jury d’attribution de ces bourses ne soit pas cantonné à la seule majorité municipale. Soulevé pendant le Conseil, ce problème n’a donné lieu à aucune réponse satisfaisante. Or pour bien connaître le fonctionnement habituel dans notre ville, on peut prédire que la  mise en œuvre de cette bourse, telle qu’elle se met en place, favorisera les jeunes qui bénéficient de l’aide de leur milieu ou de leurs parents, ceux qui fréquentent le service jeunesse et sont bien connus des élus majoritaires et des services de notre bourgade. Alors, cherche-t-on à utiliser ces fonds pour offrir à la jeunesse du Pré de nouvelles perspectives, ou pour consolider un réseau de fidèles ?

Que de gobelets !

14972B0D-23C4-46EA-871C-7BED3DAED9DDLes gobelets plastiques sont d’un usage régulier lors de toutes les rencontres au Pré-Saint-Gervais. Si on ne sait pas combien sont jetés au Pré, en France chaque seconde, on en jette 150 (source Le Parisien), soit 4,73 milliards par an. Que deviennent-ils ? Mis à part quelques communes, ils doivent être jetés dans la poubelle ordinaire car il n’y a pas de filière vraiment organisée encore. Cela va venir mais pour le moment,  2,4 milliards de ces gobelets sont enfouis dans des décharges où ils mettront plusieurs centaines d’années à se dégrader ,

En attendant, il est possible de ne pas participer à cette aberration en utilisant des gobelets réutilisables.BFA7034F-55CA-4858-81AA-7540A42910AB

Sous la bannière « Ecologie pour tous au Pré » (association du 93 à laquelle nous adhérons),  A Gauche Autrement a organisé, à l’occasion du vide-grenier du 30 mai,  la distribution et la récupération de gobelets réutilisables. Continuer la lecture de Que de gobelets !

Retrouvez-nous, avec Ecologie pour tous au Pré au stand du vide-grenier

Mettre en oeuvre des actions concrètes et pratiques sur le tri des déchets et le recyclage  dans la ville. 

C’est l’idée qui a guidé un petit groupe d’entre nous qui réfléchît depuis un moment à cette thématique. Première concrétisation, une grande opération de Gobelets consignés mis en place ce samedi à l’occasion du vide-grenier du Pré Saint Gervais.

Plastique

L’idée est simple proposer aux stands qui demain délivrent des boissons, des gobelets consignés. 1 Eur le gobelet que chacun pourra ensuite récupérer en venant le rendre au stand « Tri et recyclage ». Après les avoir soigneusement lavés, les gobelets pourront aussitôt être réutilisés.

Récupérer, recycler et ainsi éviter le gâchis écologique généré par le tout jetable est une priorité absolue qui devrait s’imposer à tous les politiques.

Reutilisation

Comment améliorer cela dans notre ville du Pré Saint Gervais ? C’est ce que nous vous demanderons lorsque vous viendrez rendre votre gobelet sur notre stand. Une boîte à idées ouverte pour des solutions concrètes. 

ecologie

Les enfants sont aussi bien sûr les bienvenus sur le stand, on leur a réservé un petit jeu surprise et quelques cadeaux.

Le sécurité sociale ferme dans le 93

Nous relayons cet appel contre la fermeture de plus de la moitié des antennes de la sécurité sociale en Seine Saint Denis.

La Caisse Primaire d’Assurance Maladie du 93 a décidé unilatéralement de fermer 18 des 33 antennes de la Sécurité sociale dans le 93 ! Refusons ce chantage à l’austérité, mobilisons-nous toutes et tous pour au contraire améliorer l’accueil au sein pour les CPAM. Nous sommes 1,5 million d’assurés sociaux à être concernés par cette casse sociale.

sossecu

5700 personnes se rendent chaque jour dans une des 33 antennes de la CPAM de Seine-Saint-Denis pour y faire traiter leur dossier de Sécurité sociale. Et voilà qu’au nom d’une « discrimination positive », la CPAM veut fermer plus de la moitié des accueils des assurés sociaux. Il est annoncé, sans rire une « réorganisation en vue d’une amélioration ». Comme si on pouvait vraiment faire mieux avec moins.

Avec ces fermetures, les usagers seront encore plus mal traités qu’aujourd’hui. Les plus isolés, les plus fragiles des Séquano-Dionysiens auront encore plus de difficultés pour se rendre aux accueils des CPAM. Les conditions de travail des agents de la CPAM, et surtout des précaires, seront fortement dégradées. Les habitants et salariés de Seine-Saint-Denis, département déjà durement touché par les cures d’austérité et où les personnes les plus vulnérables se concentrent, ne peuvent supporter la casse de leur système de protection sociale.

UNE FOIS ENCORE LES HABITANTS ET SALARIES DE SEINE-SAINT-DENIS SONT MÉPRISÉS

Il est temps de dire stop ! Refusons en bloc les folies de la direction de la Sécurité sociale et exigeons non seulement de conserver les 33 antennes actuellement existantes mais aussi l’amélioration de l’accueil du public :

  • Ouverture quotidienne de chacune des permanences ;
  • Diversification des lieux d’accueil, au plus près des usagers (administrations publiques, centres sociaux, maisons de quartier…) ;
  • Augmentation du nombre d’agents d’accueil et d’agents chargés du traitement des dossiers ;
  • Renforcement de la présence de médiateurs, d’écrivains publics et de traducteurs ;
  • Ouverture de guichets spécifiques pour les cas d’extrême urgence.

Je signe pour un traitement digne des 1.500.000 affiliés à la Sécurité sociale en Seine-Saint-Denis, contre les fermetures de la CPAM 93 et pour le respect des habitants et salariés de Seine-Saint-Denis.

Fermetures de classes au Pré : mobilisation collective lundi 13 avril

rentreeA l’approche des préparatifs de la rentrée 2015, les mauvaises nouvelles pleuvent concernant les conditions de travail des enfants du Pré. En effet, l’Inspection académique envisage très sérieusement de fermer une classe à l’école élémentaire Anatole-France, sans en ouvrir dans d’autres écoles de la ville,  alors qu’il n’y a pas de baisse démographique.  Bien au contraire, une augmentation des effectifs d’élèves est prévue, et elle sera encore renforcée par les arrivées de familles dans les nouveaux logements à livrer très prochainement. Au collège,  ce sont deux classes de sixième qui pourraient être supprimées à la rentrée.

Si rien ne change, la rentrée sera très tendue, avec des classes surchargées et des conditions d’apprentissage et d’enseignement dégradées.  Le Pré n’est pas le seul touché, loin de là, et de nombreuses villes de Seine-Saint-Denis sont dans une situation identique, voire pire (Saint-Ouen, Aubervilliers, Saint-Denis…). Où sont donc les moyens supplémentaires promis par le gouvernement et la priorité à l’éducation ?

Une mobilisation est prévue lundi matin 13 avril devant l’Inspection à Bobigny, à 11h30. Toutes les bonnes volontés sont attendues pour faire valoir le droit des enfants à étudier dans de bonnes conditions, et le faire valoir très fort !

C’est en effet le triste constat de ce jeu de dupes qu’est désormais devenue la lutte contre « l’austérité scolaire » : certes, les directeurs académiques, soumis à un budget en constante restriction, doivent répartir rationnellement les heures, les enseignants, les classes, en fonction des besoins. Mais en cas de problème, c’est bien souvent la ville qui crie le plus fort et se fait entendre le plus largement, via les parents, les enseignants, les élus, qui  « gagne ». Comment expliquer, sinon, que les banlieues populaires, où le rôle de l’Education nationale est particulièrement primordial, soient largement moins bien dotées en moyens pour leurs enfants ?

La vraie raison pour laquelle nous avons été privés de 2e tour

Voici la réponse de Serge Volkoff, conseiller municipal A gauche autrement, à l’intervention du maire affirmant en conseil municipal du 31 mars 2015 que  l’accord passé entre PS et PC avait permis de maintenir le département à gauche.

« La déclaration que nous avons lue était une explication de vote, mais compte tenu de la réponse que l’on vient d’entendre,  nous voulons  préciser les choses.

Vous pouvez tenter de convaincre les citoyens qu’il fallait absolument n’avoir qu’une liste au second tour dans ce canton pour conserver une majorité de gauche au Conseil départemental, mais avec un peu de sens civique, ou même un peu de bon sens, on voit bien que ce n’est pas le cas.

Quand un candidat de gauche, éliminé, appelle à voter pour un autre qui est qualifié, les électeurs ont le choix de suivre cette consigne ou non ; et puis cela peut réellement aider à devancer la droite au second tour. Mais quand un candidat de gauche, arrivé deuxième avec une trentaine de points de moins que celui qui est en tête,  est poussé à se retirer, ça prive les électeurs (tous les électeurs) de choix, et ça ne change rien du tout au résultat.

Et donc il faut comprendre quelle est la vraie raison pour laquelle nous avons été privés de deuxième tour, et les électeurs avec nous. Cette raison, on peut la trouver dans les propos de Claude Bartolone, qui a eu en février cette formule très médiatisée : « en France il n’y a pas d’avenir à gauche du PS ». C’était présenté comme un constat, peut-être un pronostic. Mais nous pensons qu’on peut considérer cela comme un souhait, et même un objectif : « il ne faut pas qu’il y ait d’avenir à gauche du PS, et nous, parti socialiste, nous y travaillons ».

C’est cohérent : quand on ne mène pas une politique de gauche sociale écologiste et citoyenne, on va seulement veiller à « se border à gauche ». On fait tout pour que les forces alternatives fassent certes un peu d’audience (on en a besoin pour les seconds tours), mais pas trop, et pas ensemble.  Et surtout pas, justement, quand la droite n’est plus là et que l’appel au vote utile ne va pas marcher. Et donc, cette gauche sociale, écologiste et citoyenne, si elle est 3ème ou 4ème elle ne va pas au second tour. Et si elle fait 2ème, eh bien, pas non plus.

Tout cela ne fait pas un projet politique, mais au moins, disons, une stratégie de subsistance électorale, même au prix de l’écœurement chez une partie des citoyens. Après quoi on peut toujours afficher que l’on a « rassemblé à gauche », alors que dans la vraie vie ce n’est pas un rassemblement, et pas à gauche non plus.

Les citoyens s’invitent au conseil municipal

Pour ceux qui n’auraient pas pu se rendre en personne au conseil municipal du 31 mars (et il y en a !) ou ceux qui n’auraient pas compris la raison pour laquelle une seule liste PS était présente au second tour des élections, voici un résumé de ce qui s’y est produit.

Au lendemain du second tour de l’élection départementale, une quinzaine de Gervaisien-ne-s viennent en début de séance marquer leur protestation vis-à-vis de l’éviction de la liste d’alternative à gauche soutenue par A Gauche autrement .

Catherine Sire, conseillère municipale du groupe A Gauche autrement, intervient alors avec une première déclaration, déclarant en substance que les conseillers du groupe n’accepteront pas de siéger dans un conseil municipal alors que la veille, suite à un accord du PS et du PC départementaux, leur liste n’avait pu être présente (voir déclaration).

Gérard Cosme, le maire, répond alors qu’il ne s’agit pas d’un « arrangement », mais d’un accord ayant permis la victoire de la gauche dans le 93.
Quelques applaudissements d’une partie de la majorité municipale retentissent (on imagine qu’ils applaudissaient ladite victoire départementale ; et donc ne se souciaient guère du déni de démocratie que nous venions de dénoncer).

Voici la réponse que lui apporte alors Serge Volkoff, conseiller municipal AGA, celle ci-jointe (à peu près reconstituée – celle qui figurera au PV sera sans doute un peu différente).

Nouvelle réaction du maire, rappelant le résultat du département, et parlant des adversaires « de droite et d’extrême droite »,… ce qui fait cette fois fait réagir l’opposition UMP, d’où des échanges entre ceux-ci et le maire, ce qui ne nous concernait plus
Comme annoncé, nous avons quitté nos places et assisté au reste du Conseil municipal depuis l’emplacement réservé au public.