Archives pour la catégorie L’Actu

concertation_busso_mars-19

Busso : la concertation ou la comm ?

C’est la réflexion que risquent de se faire les nombreux participants à la 2e concertation sur le devenir du site Busso, organisée par la municipalité le 12 février dernier. Invités à venir donner leur avis et « à construire le projet en s’aidant de plans, d’expertises, de maquettes… », les habitants ne se sont pas limités à parler hauteur d’immeubles, couleurs, volumes… A l’unanimité, les délégués de table ont demandé à revoir à la baisse le nombre de logements prévus, pour privilégier un espace de nature, de respiration, et des équipements qui répondent aux besoins des habitants et animent la ville. Cette réaction n’était pas prévue au programme. D’où la réaction fort contrariée du maire qui, en conclusion, a opposé « urgence sociale » à l’assemblée qui lui parlait « urgence climatique ». Et qui a affirmé qu’il lui faudrait avant tout tenir compte des demandes des habitants en matière de logement. Alors, pour ne pas détourner les habitants de la politique de la ville, il faut redonner tout leur sens aux mots. Et celui de « concertation » suppose d’associer ceux qui donnent leur avis d’un bout à l’autre du projet.

Consultez le quatre pages spécial édité par A Gauche Autrement sur le dossier Busso. Pour le télécharger cliquez ici.

Police municipale, nouveau conservatoire, conseil participatif

Pour le citoyen lambda, un conseil municipal, c’est l’endroit où l’on discute et où l’on tranche sur les principales affaires de la ville, où l’on apprécie les choix qui ont été faits. Eh bien, ce n’est pas si évident que cela. Quelques exemples…
Depuis des années, les élus d’A Gauche autrement se heurtent à la majorité municipale sur la fonction du conseil municipal. Là où nous souhaiterions pouvoir être informés et échanger sur les principales affaires de la ville, la majorité municipale limite la fonction de ce conseil aux seuls points qui nécessitent un vote du point de vue de la loi. Et il se trouve que certaines affaires importantes de la ville ne nécessitent pas ce vote. Donc on n’en parle pas !

Continuer la lecture

Frondeurs… mais pas trop

budgetLundi soir 18 février, débat au Conseil municipal sur le Rapport d’orientation budgétaire pour 2019 – avant le vote du budget qui aura lieu quelques semaines plus tard. Au début de ce rapport, un exercice obligé : dix pages de synthèse de la situation économique, en France et dans le monde. Des constats assez généraux, qui mènent droit à cette conclusion concrète, pour la commune : va falloir « maîtriser les dépenses ». Continuer la lecture

eau

Gestion publique de l’eau. La mobilisation fait reculer Santini.

Jeudi dernier, à l’appel de la Coordination Eau Île-de-France et des collectifs eau publique d’Est Ensemble, une soixantaine de citoyens ont bloqué l’entrée principale de l’usine des eaux de Choisy-le-roi où devait se tenir une réunion du SEDIF.

Cette action fait suite à la lettre ouverte adressée par 100 élu-es d’Est Ensemble, demandant au président du SEDIF André Santini de ne pas exclure leur territoire de la convention provisoire signée en 2017 entre le SEDIF et les trois territoires (Est Ensemble, GrandOrly-Seine-Bièvre et Plaine Commune) qui tous trois ont refusé d’adhérer au syndicat.

M. Santini, menaçait les usagers d’une hausse massive des tarifs de l’eau avec la rupture immédiate de la convention.

Le comité syndical du SEDIF a finalement décidé de maintenir la convention jusqu’à la fin de la durée initialement prévue, c’est à dire fin 2019. C’est un succès à mettre au compte de la mobilisation des comités eaux publique de nos communes et de l’action collective.

En 2019 les trois conseils de territoire seront amenés à décider de leur futur mode de gestion de l’eau, à confirmer leur sortie du SEDIF et leur choix de la gestion publique.

Sept Arpents : renouvellement du quartier

imagesLe conseil municipal  du Pré -Saint-Gervais du 26 novembre 2018 se tenait quelques jours après les événements dramatiques qui se sont déroulés à Marseille, avec la chute d’un balcon d’un habitat très dégradé. L’un des points évoqués au cours du conseil municipal consistait précisément à agir dans le cadre du renouvellement urbain. Il s’agit là d’un bloc avec de l’habitat dégradé, voire abandonné et peu d’activité (excepté un  garage automobile). Dans le cadre de la lutte contre l’habitat indigne, un projet sur un îlot situé entre le 26 et le 40 rue Stalingrad nous a été proposé, visant la la démolition-reconstruction de l’ensemble du bâti, la création de « continuité verte » afin de relier les nouveaux programmes de la rue Carnot à cet îlot à requalifier.
Ce projet consiste à implanter de nouveaux immeubles, construits en retrait de la rue, avec la création d’un espace vert sur le long de la rue Stalingrad. Il s’agit d’un programme de 25 logements avec jardins en cœur d’îlot, composé au deux tiers par des logements en accession et d’un tiers de logements sociaux. Nous avons voté en faveur de ce projet, dont nous espérons qu’il contribuera à redonner un nouveau visage à ce quartier qui n’a que trop attendu ce renouvellement.

Un enthousiasme de papier

couv-prevoir-hors-serie-sept-2018_164291Le « Prévoir » hors-série,  déposé par la municipalité du Pré dans les boîtes aux lettres de tous ses habitants, après le changement de maire, a dû laisser bien des lecteurs interloqués :
ceux qui ont assisté au Conseil Municipal où cette élection a eu lieu ;
ceux à qui ils en ont parlé ;
ceux qui ont lu le reportage qu’en a fait le Parisien ;
et à présent, ceux qui auront sous les yeux le procès-verbal du conseil municipal, mot à mot, qui – du moins on l’espère – sera prochainement en ligne sur le site de la ville.
Revenons au numéro hors-série : on y salue Gérard Cosme au moment de son départ, on y présente le nouveau maire Laurent Baron, tout cela est d’usage. Mais il était risqué de vouloir rendre compte du déroulement de la séance. Ou bien on disait la vérité : huées et interpellations pendant plusieurs interventions ; critiques directes par un des maires-adjoints de l’équipe précédente ; réplique sévère venant d’une autre élue de la majorité…pas facile, sans doute, d’expliquer franchement tout cela aux citoyens du Pré. D’où l’autre variante : raconter les approbations, les applaudissements, les sourires, brandir des photos joyeuses et oublier tout le reste.
C’est le choix que la mairie a fait.
Et ce n’est pas le bon
. Car il fait peu de cas de besoins profonds chez les citoyens, dans notre ville comme partout : un besoin de simplicité, de modestie, et de vérité.
Avec ce genre de propagande, c’est à chaque fois la vie politique, dans son ensemble, qui recule.

à suivre

Oh si ! Il y a du changement ! L’appel des élus n’est plus réalisé par le Maire ! Peut-être que le vrai changement est pour …. bientôt ? Par exemple, quand le comité de réexamen du Règlement Intérieur se sera réuni et qu’ils seront tombés d’accord sur les mots permettant aux membres du Conseil de débattre ?
Comment mettre en application ce qui est si loin de soi et que la suspicion à l’égard d’à gauche autrement l’emporte sur toutes les réponses aux questions que ses élus posent ?
Mais avant de désespérer, attendons un peu ! alors, à suivre.

un nouveau conseil ?

Les pas du nouveau maire sont bien hésitants et il a/aura encore besoin des béquilles Cosme et BartoloneA Gauche Autrement
Le fonctionnement du CM n’a pas vraiment changé…
J’ai eu plaisir à voir intervenir les élus AGA, qui n’ont pas leur langue dans leur poche, se complètent très bien, et sont les seuls à faire l’animation du CM.
Enfin j’ai été ravi d’apprendre que l’activité de « Même Pas Peur » consiste à « vendre du muguet ».

eau bien commun

Gestion publique de l’eau : La grande stagnation !

La coordination EAU – Ile de France revient sur son blog sur le rapport annuel publié par le SEDIF.  Où l’on apprend que loin d’avancer le dossier de la gestion publique de l’eau aurait tendance à stagner…

Le rapport annuel sur la qualité et le prix du service public de l’eau potable présenté par le Syndicat des Eaux d’Île de France (SEDIF) pour l’année 2017 s’intitule « l’eau en mouvement », un comble pour un organisme aussi sclérosé que le SEDIF!
Avec cette luxueuse brochure en papier glacé, nous nageons dans la communication et l’idéologie à gros bouillons, quitte à s’éloigner des rivages de la réalité.

Cela commence par un focus sur une étude sur la sécurisation et l’interconnexion des réseaux entre les différents opérateurs qui existait déjà avant 2017.  Une façon d’introduire le projet défendu par le SEDIF, d’un « Grand Paris de l’eau » pour mutualiser les moyens de production d’eau potable en Ile-de-France, projet qui ne fait l’objet d’aucun accord. C’est un « grand projet inutile », a même affirmé la Ville de Paris. Un projet chiffré pour l’Île-de-France à 500 millions d’euros selon le SEDIF (et sans doute à bien davantage en réalité) qui viendraient gonfler la facture d’eau des usagers.

>>> Lire la suite sur le blog de la coordination Eau Ile de France.

dindon

Au théâtre ce soir

Dans notre ville, on peut régulièrement assister à des pièces de théâtre mais rarement à une farce comme celle qui s’est jouée lundi 10 septembre dans le préau de l’école Pierre Brossolette.

Sur la scène et face au public, les «patriciens» du Pré, dont l’ex-président de l’Assemblée, ex-député , ex-maire du pré, ex-ministre (mais pas ex-faiseur de politiciens gervaisiens) et auteur du scénario qui se jouait. Les oppositions, dont « à gauche autrement », étaient réparties à gauche et droite de la scène centrale.

Comme au théâtre d’antan, des spectateurs applaudissaient, d’autres faisaient la claque, dans le brouhaha propre aux salles de music-hall.

Ce désordre n’a pas empêché l’élection du nouveau maire. Comme dans les mauvaises pièces, la fin était connue de tous, à l’avance.
Pas mal de Gervaisiens sont pourtant tristes d’un tel spectacle.
Une mauvaise pièce qui risque de conforter tous ceux prêts à maudire la politique et de dégoûter ceux qui s’y intéressent encore.