Ilot Danton. Melons-nous de ce qui nous regarde

Le projet d’aménagement de l’Ilot Danton aura des conséquences importantes pour les habitants de ce quartier mais au delà pour nous tous habitants du Pré Saint Gervais.

Ilot Danton

A l’occasion de l’enquête publique sur le déclassement de voies dans le cadre du réaménagement de l’Ilot Danon, le groupe A Gauche Autrement a déposé un certain nombre de questions dans le registre public. Nous ne manquerons pas de publier les réponses Voici déjà les questions…

 

A Madame la Commissaire – Enquêteur

Le Pré-Saint-Gervais, le 18 novembre 2014

Madame,

A l’occasion de l’enquête publique sur le déclassement de voiries publiques liées à l’aménagement de l’Ilot Danton, la Ville a, dans sa note explicative, précisé un certain nombre de points sur ce qu’elle entend réaliser sur cet îlot.

Notre association « à gauche autrement » souhaite donc porter à la connaissance du commissaire enquêteur les observations et les questions qu’appelle cette note.

Nous avons choisi de procéder en 2 parties :

  1. Une première partie suit le déroulement de la note page par page,
  2. Une seconde partie, plus générale.
  1. Questions et observations
  • Page 3 :

Nous soulignons  la reconnaissance par la Ville du caractère de « mission de service public ou d’intérêt général » rendue par l’association « le Pouce Vert ».

  • Page 5

Le nombre de logements ne cesse de varier au cours du temps (12 dans les propos oraux publics, puis 16, et maintenant « environ 16 »). Nous sommes attachés aux 1200 m2 de shon, qui seuls permettent de garantir que la surface totale du bâti sera respectée.

La phrase « ces derniers entrent dans le cadre du programme de relogement des habitants occupant encore aujourd’hui les autres îlots insalubres faisant l’objet de la concession d’aménagement » pourrait faire croire au lecteur que les personnes occupant aujourd’hui un logement insalubre concerné par l’opération seraient relogés dans ce nouveau bâtiment : ce n’est pas ainsi que cela a été présenté jusqu’à présent et nous croyons savoir que ce n’est pas possible au point de vue calendrier. La rédaction pourrait-elle être plus conforme aux engagements pris ?

Par ailleurs, puisque des détails sont donnés, pourquoi n’y en a – t-il pas sur les conditions de réalisation du bâti, permettant notamment à la ville de respecter les orientations qu’elle avait prises dans le cadre de l’élaboration de son agenda 21 ?

La note de présentation de l’enquête situe un jardin public « au centre de l’îlot » ; nous profitons de ce droit d’expression pour faire savoir que nous ferons valoir un autre projet. Cette observation s’applique donc aussi à l’ilot Ouest.

  • Pages 6 et 7

On parle plus haut de « réduire le sentiment de la densité urbaine » (page 5, 3ème alinéa) ; ce principe ne devrait-il pas s’appliquer pas à tout l’espace concerné par le réaménagement et en particulier à la surface de la place Jean-Jaurès ?

Pourquoi écrire que « le caractère circulé de la rue Brossolette ne sera pas remis en cause» et surtout « à destination des personnes résidant à proximité » (cf 2ème alinéa du § 5) : nous souhaitons des explications. La seule circulation n’est – elle pas celle de véhicules ayant un garage dans la rue ? Pourquoi ne pas l’écrire tout simplement ?

Les voies cyclistes s’imposent aux communes dès lors que des voies de circulation sont requalifiées. La rue Brossolette peut – dans des conditions de non circulation automobile (hors sorties garages) être partagée entre les piétons et les cyclistes.

En effet la rue Danton, telle que projetée aujourd’hui, ne permettra pas une circulation cycliste sereine. Il serait au moins nécessaire que le stationnement ne soit autorisé que d’un seul côté.

Nous ne comprenons pas, dans le 3ème alinéa du 5) :

  • la phrase « espace qui sera condamné et fermé à la circulation  …» sous-entend – elle qu’elle pourra être réservée au stationnement ?
  • et la dernière phrase « (…) celui-ci inclura une modification du sens de circulation ….. ». Pourrait-on avoir des explications ?

  1. Conclusion

La note explicative appelle de façon globale des réactions sur la non prise en compte dans ce projet des principes de développement durable, au-delà des quelques points que nous avons relevés dans la première partie.

Le décret d’application (juin 2011) de la loi Grenelle II (juillet 2010) précise que les Agenda 21 de toutes les collectivités concernées doivent prendre en compte les cinq finalités du développement durable mentionnées dans le code de l’environnement, à savoir :

  1. La lutte contre les changements climatiques et protection de l’atmosphère ;
  2. La préservation de la biodiversité, des milieux et des ressources ;
  3. L’épanouissement de tous les êtres humains ;
  4. La cohésion sociale et solidarité entre territoires et générations ;
  5. La dynamique de développement suivant des modes de production et de consommation responsables.

Il est vrai que cela ne s’impose pas au Pré-Saint-Gervais (du fait de sa taille), mais la ville a souhaité s’inscrire dans la démarche et lors du conseil municipal du 7 octobre 2013, la Ville a adopté un programme d’actions Agenda 21 (69 actions ont été répertoriées). La communauté d’agglomération Est-Ensemble, doit d’ici quelques semaines, adopter son propre agenda 21 qui aura des déclinaisons dans chaque commune de l’agglomération.

Pourquoi ne pas intégrer dans ce projet de réaménagement les actions préconisées par la Ville ?

Pour ne prendre que quelques exemples :

  • La finalité n° 2 du code de l’environnement qui souligne l’importance à conserver la bio – diversité (rare en contexte urbain) existante dans ce jardin.
  • Les finalités n° 1 et 5 du code de l’environnement qui mentionnent « protection de l’atmosphère » et « développement responsable »
  • l’action 5 de l’axe 2 du programme d’actions de la Ville, à savoir :
Axe 2

Tous partenaires pour un cadre de vie de qualité dans une ville à échelle humaine

2.1 Intégrer les principes de développement durable dans tous les projets d’aménagement 5 Intégrer des approches environnementales de l’urbanisme dans tous les projets de construction ou de réhabilitation de la ville Service urbanisme L’action consiste à assurer l’intégration, dès l’amont, des principes du développement durable dans les projets d’aménagement de la Ville en allant plus loin que la réglementation.

Nous vous prions, Madame, d’agréer l’expression de nos meilleurs sentiments et souhaitons que ce courrier et les questions posées aient retenus toute votre attention.

« à gauche autrement »

Et vous qu’en pensez-vous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>