Dépenser pour l’égalité

Projet politiqueDepuis plusieurs années, le taux des impôts locaux perçus par le Pré-Saint-Gervais est stable. Les responsables de la municipalité se félicitent de ne pas les avoir augmentés. De leur côté, les élus à Gauche Autrement, lors des discussions sur le budget en Conseil municipal, n’ont pas non plus pris position en faveur de nouvelles hausses, parce que pour beaucoup d’habitants celles-ci seraient difficiles à supporter : actuellement – et c’est regrettable –, le montant de ces taxes ne dépend pratiquement pas du revenu ; elles peuvent donc peser lourdement sur des familles peu fortunées.

Cela dit, limiter le montant des impôts n’est pas en soi un progrès social. C’est important de le rappeler, à cause de cette mélodie à deux voix qui trotte dans le débat public. A droite : « vous, la gauche, n’avez pas le courage de diminuer les dépenses de l’Etat ». A gauche : « mais si, regardez, en 2014 ces dépenses vont baisser, et davantage ensuite, voyez comme nous sommes économes ! »

Or ces « économies » peuvent finalement coûter très cher à une part importante de la population. Les « dépenses publiques » sont des ressources collectives : des salaires d’agents publics, des dotations aux écoles, aux organismes de santé, aux associations, aux innovations écologiques, aux transports ; et même, de l’activité (donc des emplois) pour les entreprises dont l’Etat ou les villes sont clients. Autant de ressources qui permettent, si la volonté politique existe, d’agir pour plus d’égalité, en améliorant surtout les conditions de vie des habitants qui n’ont pas de gros moyens financiers.

Éviter les hausses d’impôts locaux est donc un choix raisonnable, mais cela ne suffit pas à construire un projet politique.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>